« Je  suis  venu ,  non  pour  juger  le  monde ,  mais  pour  le  sauver »

La parabole des vignerons assassins (Matt. 21, 33-44) : comment l’interpréter ?

vendanges

Partagez :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’homme responsable

Le Maître est le Seigneur, la Vigne la Création, les vignerons les humains.

Le Seigneur leur confie ses dons (la Tradition, la grâce, le monde) pour les « cultiver et garder »  (Gen. 2, 15).

Dieu donne ; à l’homme de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu » (Matt. 22, 21), et d’offrir le produit de ses pensées, de ses paroles et de ses actes : responsabilité devant Dieu – le sens de la vie.

L’action de grâce

Apporter à Dieu, non ses dons, mais leur surcroît, rétribue le Maître de la Vigne, par la prière, par l’action (amour du prochain, de la Création, créativité). Le Maître envoie des serviteurs « toucher le produit de sa vigne », le salaire qui lui revient : une réponse enrichie de nos labeurs, le sacrifice de louange de toute notre vie, culminant dans l’eucharistie.

Le sens de la parabole

Le péché fondamental est l’ingratitude : ne pas remercier, retenir pour soi-même le fruit de son travail, s’en attribuer le succès – détournement, vol, faute grave dans la gestion des biens de Dieu. Le vaniteux (vaine gloire) oublie que, le Seigneur étant la source et le donateur de la grâce, c’est lui qui a bien fait, mais le Seigneur lui a donné la grâce d’accomplir sa volonté !

Le meurtre spirituel

Le Père de miséricorde envoie continuellement ses messagers nous inviter à rendre grâces. L’ingratitude extermine aussitôt ces bonnes suggestions. Enfin, « Il envoie son Fils » : signes de l’Esprit ? Présence du Christ en personne dans notre vie ? L’ingrat les repousse, les éteint, leur ferme son cœur. Il s’approprie l’héritage, les bienfaits divins, de façon égoïste ; il s’arroge toute sagesse, toute vérité, dans l’Église, dans la Société. Le miracle même, on l’attribue à des compétences humaines ! Par le péché d’ingratitude, l’homme se déifie lui-même.

Un avertissement, deux promesses

L’orgueilleux et le vaniteux peuvent être privés des dons et de leur gestion, la grâce nous être retirée. Mais la Vigne sera confiée à d’autres, plus sages que les premiers ; l’Esprit appelle du non être à l’être, et rajeunit sa Tradition. Et, dans le rejet, Royaume gratuit transcende la dette des vignerons. « La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs est devenue la tête d’angle…». Le mépris et le meurtre de Dieu lui-même le couronnent en Dieu d’amour. L’amour crucifié resplendit dans son humiliation (Is. 53, 7-8).