« Le Christ est ressuscité !     En vérité, Il est ressuscité !»

Pourquoi l’abstinence est différente en temps pascal ?

Saint Sabas

Partagez :

Le temps du Pentecostaire – 

Du dimanche de Thomas à la fête de tous les saints, qui suit la Descente du saint Esprit, cette année, le 19 juin, on reprend une forme d’abstinence particulière le mercredi et le vendredi. Ces deux jours sont pendant l’année des jours de jeûne ou d’abstinence stricte. Mais, pendant la période qu’on appelle celle du Pentecostaire, c’est-à-dire celle qui unit la Résurrection à la Descente de l’Esprit et à la sanctification du Peuple de Dieu, l’expérience de l’Église est différente.

Bénédiction pour le poisson

Pendant cette période de cinquante jours, qui suit la Semaine radieuse, dans laquelle il n’y a aucune abstinence à part le jeûne eucharistique, nous prenons vin, huile et poisson, le mercredi et le vendredi. Cette pratique est attestée dans le grand Tipikon de saint Sabbas (439-532).

La joie pascale

Cette période est illuminée par la Résurrection. On y chante, en tout cas jusqu’à la veille de l’Ascension, le tropaire de Pâques, on y apporte les offrandes pascales, on y prie toutes lumières allumées. Ce temps est celui de la présence du Christ parmi les apôtres et les disciples jusqu’à sa glorification à la droite du Père. Ce n’est donc pas un temps de deuil et d’abstinence, et les deux jours traditionnels de renoncement sont donc marqué par un allègement qui est, non pas une indulgence, mais la fidélité à l’esprit de la Résurrection. À la Pentecôte seulement nous recevrons la grâce du repentir et de la prière à genoux.

Sanctification du temps

Une autre raison donnée par les saints est que le Christ, après sa résurrection, partage avec ses disciples le pain et le poisson. Ses disciples mangent ainsi comme Il mange. C’est une façon de vivre au présent la présence du Ressuscité et de sanctifier ainsi le temps.

(a.p. Marc-Antoine. Source : le site Bizanticons)
> Fresque de saint Sabas