« Le Christ est ressuscité !     En vérité, Il est ressuscité !»

Dimanche avant la Théophanie: Marc 1,1-8

St Seraphim de Sarov

Partagez :

L’évangile que nous venons d’entendre se rapporte à l’œuvre de l’Esprit. Le Précurseur, dont il est question ici, est celui que l’Esprit pousse à préparer les voies du Fils de Dieu ; il est aussi celui qui annonce le baptême dans l’Esprit que le Fils de Dieu est venu accomplir. Aujourd’hui, nous faisons également mémoire de saint Séraphin de Sarov, qui est connu pour être le grand prophète de l’Esprit parmi les disciples de Jésus Christ.

Ce que nous comprenons avec cela c’est que la Nativité, que nous venons de glorifier avec les anges, les pasteurs, les mages et toutes les créatures, la divine Nativité, ouvre l’ère de l’Esprit. Bien sûr, elle marque le début de la vie terrestre du Sauveur Jésus Christ vrai dieu et vrai homme. Mais l’Esprit est déjà présent. C’est par l’Esprit qu’exultèrent les anges et toutes les puissances incorporelles ; c’est par l’Esprit que les bergers entendirent le message angélique ; c’est par l’Esprit que les mages, venus de si loin, eurent l’inspiration de prendre comme boussole la belle étoile qui leur apparaissait. C’est par l’Esprit que les anges les avertirent de rentrer par une autre route après avoir adoré l’enfant et Roi du monde. C’est par l’Esprit que le Fils de Dieu et Fils de l’homme, couché en nourrisson dans la grotte, brille d’une telle lumière. Les énergies incréées du saint Esprit irradient depuis son corps déjà déifié par elles en direction du monde, pour attirer tous les hommes.

La Nativité, l’adoration des mages, la fuite en Égypte et le retour en Terre sainte sont des manifestations de l’Esprit qui, par le ministère des anges, agissait continuellement. Mais l’Esprit est également celui « qui accomplit tout », comme dit la prière. Il est Celui qui précède le Verbe, qui l’annonce et lui prépare un digne ministère ; Il est également Celui qui le suit, Celui que le Verbe donne à ceux qui croient en lui. Saint Séraphin parlait d’entrer en héritage des dons de l’Esprit, ces dons toujours inépuisables, impossibles à mesurer, sans limite, capables de submerger celui ou celle qui les cherche. Le Christ, dont le nom signifie justement « celui qui est oint par l’Esprit », le Messie, est venu pour répandre l’Esprit du Père, qui avait préparé ses voies, sur tous et sur toutes. Les saints Pères enseignent que celui qui obéit aux commandements du Fils connaîtra précisément cette vie nouvelle dans l’Esprit. Les prophètes ont connu l’Esprit et ont vu à l’avance la venue du Fils ; mais ils n’en ont pas joui en plénitude comme ceux qui suivent Jésus.

Le mois de janvier s’ouvre ainsi par une promesse, la promesse de l’Esprit. Suivre Jésus, écouter sa parole, la mémoriser, obéir à ses préceptes en aimant de tout notre cœur le Père et le prochain, nous promettent une vie riche en fruits charismatiques ; ils nous promettent surtout de connaître par le saint Esprit le Père céleste dont Jésus est le Fils.

(a.p. M.-A.)