« Pendant ton baptême dans le Jourdain, ô Christ, fut manifesté l’adoration due à la Trinité. Car la voix du Père te rendit témoignage en te nommant Fils de Dieu ; et l’Esprit, sous forme de colombe, confirmait la vérité de cette parole. Christ Dieu qui es apparu et qui as illuminé le monde : Gloire à toi ! »

Évangile du 1er janvier : Mc 1, 1-8. Circ.: Lc 2, 20-21, 40-52. St Basile : Jn 10, 9-16.

Circoncision fr.gloria.fr

Partagez :

Le renouvellement du temps –

En ce premier janvier, nous « faisons mémoire » de plusieurs évènements, c’est-à-dire que nous les actualisons et les rendons présents. L’annonce du baptême « dans l’Esprit », la circoncision du Sauveur Jésus Christ, et le ministère de saint Basile le Grand, archevêque de Césarée en Cappadoce au 4ème siècle : ces évènements ne semblent pas avoir le moindre rapport entre eux, pourtant ils ont en commun le renouvellement du temps.

L’Alpha et l’Oméga

Le mystère biblique du temps, cette créature de Dieu, se présente comme une ligne tendant vers la fin et l’accomplissement de tout et, au-delà, vers la transfiguration de toute créature dans le monde qui vient. Or, sur cette ligne qui va, suivant la parole de l’Apocalypse, de l’Alpha à l’Oméga, se présentent continuellement des évènements qui contribuent à sa nouveauté. La créature du temps ne s’use pas ; elle ne se dégrade pas ; au contraire, elle suit un mouvement d’expansion continue que ne peut freiner ou ralentir que le péché des anges et des hommes. Cette dilatation de tout dans le Royaume n’est pas automatique, ou soumise à une nécessité impersonnelle. Elle s’inscrit dans la synergie divino humaine.

Le dialogue divino humain

Le temps, dans son épanouissement formidable, est la matière de la rencontre du Créateur et de la créature ; il est la matière de leur communion ; il existe pour que s’y déploie l’amour réciproque du Créateur et de la créature. Il est le temps du dialogue divino humain, et de l’accomplissement du commandement d’aimer Dieu et le prochain. L’amour humain veut du temps pour croître à la mesure de l’amour divin ; et Dieu nous en donne pour apprendre à aimer comme Il aime. Les trois mystères de ce jour contribuent à cette expansion du temps.

Trois mystères

Le baptême dans l’Esprit est le principe du temps donné à l’homme qui croit dans le Verbe pour vivre selon ses commandements. La circoncision reçue par le Verbe fait homme signe l’alliance divino humaine qui, justement, sanctifie le temps : le Verbe a ainsi ratifié l’alliance conclue par lui et Abraham ; Il a sanctionné la consécration en Alliance du temps qu’Il a créé. Le troisième évènement, la mémoire de saint Basile, correspond à l’assomption du temps par les saints. Nos Pères dans la foi, les grands ascètes, les grands amants de l’Époux, sont ces personnes qui, loin de perdre le temps que le Seigneur donne aux hommes, ou de voler à Dieu un temps qui n’est finalement qu’à lui pour l’utiliser à des actions ou des pensées vaines, prennent le temps, le cultivent, le mettent à profit, et évoluent sur les heures, les jours et les années qui sont confiés à leur discernement.

La sanctification du temps

Les saints se sanctifient dans le temps et contribuent à sa sanctification ; ils grandissent dans le temps jusqu’à la stature du Christ, l’Homme parfait. Le temps est donné aux hommes pour leur évolution, pour qu’ils s’humanisent au maximum : c’est ce qu’a fait le Dieu Homme et c’est ce que font les saints. Le même Basile rappelle dans sa belle anaphore que le Seigneur en Personne a géré le temps par le don de la Loi et la mission des prophètes et des saints. Et nous-mêmes, abordons l’année à son début en saisissant ce magnifique mouvement de sanctification et d’épanouissement proposé à tous ! Par la sanctification de notre vie dans le temps nous gagnons sur la mort, cet anti temps, cette perte du temps, par la vie sans fin qui est venu investir la temporalité et la transfigurer.

(a.p. Marc-Antoine, Radio Notre-Dame, « Lumières de l’Orthodoxie », 1.01.2023)
Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information