Imprimer cet article Imprimer cet article

Dois-je absolument me confesser auprès d’un prêtre ?

Confesse-toi directement à Dieu –

Nous demandons pardon directement au Seigneur Jésus pour les péchés que nous avons commis. Il est présent avec nous, au milieu de nous, dans son monde, par la grâce du saint Esprit. Nous pouvons nous adresser à lui continuellement, par le même Esprit du Père. Sans cesse, nous lui parlons, pour le remercier, surtout, et pour le supplier. Nous le remercions pour lui-même, pour le prochain, nos amis et nos ennemis, et nous le supplions pour le prochain, pour l’Église et pour le monde entier. Plusieurs fois par jour, quelquefois de façon continuelle, comme nous respirons, nous lui demandons de nous faire miséricorde: “Kyrie eleison!”, “Seigneur, miséricorde!”

Reconnais concrètement tes fautes

Mettons-nous en présence du Sauveur invisiblement présent et confessons-lui nos fautes en les nommant. Certains font cela le soir, à la fin de chaque journée. Ils demandent pardon au Seigneur de tout ce qui les a éloignés de son amour : mensonge, impatience, jugement d’autrui, invocation à la légère de son Nom, gloutonnerie, pollution de la Création, oubli des pauvres ou des malades, etc. L’homme peut ne pas pécher, l’exemple de la Mère de Dieu le prouve. Mais, dans la pratique, personne n’est sans péché, ne serait-ce que pour avoir omis de faire le bien ou de rendre grâce à Dieu pour tous ses bienfaits. Repentons-nous douloureusement d’aimer si peu et de ne pas appliquer le commandement d’aimer le Seigneur de toutes nos forces et le prochain comme nous-mêmes.

La preuve que tu es pardonné

Mais comment savoir que l’on est pardonné? Avons-nous offensé quelqu’un ? Si cette personne, à notre demande, nous pardonne, c’est une assurance du pardon de Dieu. Comment Celui-ci ne nous pardonnerait-Il pas si le prochain nous pardonne? Dans d’autres cas, l’Esprit atteste le pardon à notre cœur quand nous ressentons une grande paix : les larmes coulent quelquefois de nos yeux par gratitude. Mais on peut affirmer sans se tromper que, en fait, le Seigneur pardonne toujours: nous n’ouvrons pas toujours notre cœur à sa miséricorde inconditionnelle. Et quand nous confessons au Seigneur nos péchés en toute vérité, en toute sincérité, croyons, non seulement que le Sauveur Jésus Christ nous pardonne, mais que son pardon toujours prêt a pu descendre dans les profondeurs de notre cœur brisé.

Ne te prive pas de l’absolution

Après sa résurrection, le Sauveur a clairement dit aux apôtres de pardonner. Il leur a ainsi conféré une compétence, un véritable pouvoir charismatique transmis par l’Esprit saint depuis les apôtres aux évêques et par ceux-ci aux prêtres auxquels ils imposent les mains. La prêtrise chrétienne est le ministère du déliement, de l’absolution, autres mots pour le pardon. L’Église du Christ est l’espace divino humain où la personne humaine peut trouver le pardon de ses fautes par l’amour du Père céleste. Le Seigneur pardonne par le ministère de son Église. La prêtrise est un immense trésor dans la civilisation humaine parce qu’elle seule peut attester de façon objective le pardon divin.

Pas de contrindication

Cela ne remet pas en cause que tu te confesses directement au Sauveur. Mais le ministère presbytéral est à la fois le canal de la grâce divine du pardon et l’attestation de celui-ci. Par une démarche personnelle de révélation de ses fautes et de repentir, chacun a la liberté de reconnaître son péché devant la face du Seigneur, selon le psaume 50, et de venir ensuite à l’église pour participer au sacrement de l’absolution. Dans celui-ci s’accomplit miraculeusement pour toi aujourd’hui la parole « tes péchés sont pardonnés, va en paix ! ». C’est le renouveau de la grâce baptismale, pardon des péchés et charisme de faire par l’Esprit la volonté du Père révélée par le Fils.

(a.p. M.-A.) – 15/08/21