Imprimer cet article Imprimer cet article

Être et vivre pleinement avec Dieu.

Être avec Dieu –

Dieu est “avec nous”, comme le dit son nom Emmanuel. Nous sommes invités à être “avec lui”, c’est-à-dire à être ses disciples. Plus d’une fois dans le saint Évangile, Dieu dit à quelqu’un: « Suis-moi! » Cela veut dire “viens avec moi”, “sois mon disciple”. Le Seigneur nous adresse cette invitation parce qu’il est possible d’y répondre. Nous pouvons être avec lui, être ses disciples, ses amis, comme Il est l’Ami de l’homme, selon les prières de l’Église. Nous pouvons être avec lui, en le suivant pas à pas, en mettant nos pas dans les siens.

Une alliance divino humaine

Nous faisons cela en cherchant à faire sa volonté, à accomplir les “commandements” ou “préceptes” qu’Il nous a laissés dans son Évangile. Être avec Jésus est un bonheur auquel tout homme peut aspirer, c’est le bonheur des disciples et des apôtres. Cela constitue une réponse à l’initiative divine: Dieu s’est fait avec nous en se faisant homme; et nous lui répondons en cherchant à être avec lui tous les jours de notre vie, parce que nous l’aimons. Il y a de cette façon une alliance entre le Sauveur et chacun de ceux qui, parmi les hommes, le souhaitent.

Vivre en Dieu

Mais l’homme est appelé à un degré plus grand d’intimité avec Dieu: il peut être uni à lui; il peut communier à lui. Nous vivons pleinement avec Dieu quand nous sommes en lui et qu’Il est en nous, selon sa promesse. Ici est le bonheur parfait que connaissent les saints et auquel tout baptisé peut aspirer: être uni à la personne que tu aimes! C’est une union totale quoique sans confusion. Elle se réalise par la grâce du saint Esprit qui assure l’union des natures humaine et divine et la communion des personnes humaine et divine. C’est une union selon la nature, en vertu de l’Incarnation, et c’est une communion des personnes, par le saint Esprit.

L’hospitalité divine

Le Seigneur habitera en nous et nous demeurerons en lui (Jean 15, 4). La joie qu’éprouve alors la créature humaine atteste qu’elle est sanctifiée, ou déifiée, ou divinisée, passée de l’image de Dieu à la ressemblance parfaite avec lui. Cette allégresse des saints, ces personnes humaines déifiées, apparaît dans la lumière des saintes icônes. Quand nous rencontrons ces personnes en lesquelles habite le Christ par le saint Esprit, nous voyons la lumière divine qui irradie de leur personne, comme le montre l’exemple de saint Séraphim. En fait, en toute personne confessant la vraie foi et baptisée habite le Seigneur. Mais chaque personne est appelée à œuvrer pour actualiser cette présence et vivre pleinement avec le Christ, en lui et l’ayant à demeure en elle.

La purification du cœur

Nous actualisons la grâce du saint Baptême en faisant la volonté de Dieu telle que l’exprime le Christ Seigneur par ses paroles et par son exemple. Mais ceci dépend de la prière accomplie avec foi. Celui ou celle qui tend à une prière pure, c’est-à-dire sans distraction, trouvera la pureté du cœur. C’est naturel: le cœur humain est un espace qui ne peut contenir la présence de Dieu et des éléments hétérogènes. Par la prière sans distraction, le Seigneur vient régner dans notre cœur. Celui-ci est alors lui-même pur, sans mélange, parce qu’il est l’habitacle exclusif du Seigneur en son Nom. À la fois nous nous purifions pour Dieu, et Lui-même nous purifie en établissant sa royauté à l’intérieur de nous. L’homme peut connaître une très grande joie. Faut-il beaucoup de patience? Il faut surtout beaucoup d’amour. La patience est la fille de l’amour: elle ne le remplace pas. Si nous prions avec amour, rien ne pourra disputer au Seigneur sa place en nous. Mais si nous aimons autre chose que lui, Il ne s’imposera pas et restera à la porte.

L’union des volontés

En tout cela existe une vraie synergie, comme le montrent les psaumes et le saint Évangile. Le Seigneur n’est pas quelqu’un qui s’impose. Il se propose. Il frappe à notre porte. Il demande que nous lui ouvrions. Et nous, de même, nous frappons chez lui en disant “Seigneur, ouvre-nous!” Ce sont deux volontés, divine et humaine, deux libertés, qui se rencontrent. Le Seigneur ne s’est jamais imposé à personne, Il n’a jamais rien imposé à personne, et personne ne lui a jamais rien imposé. Même la Croix ne lui fut pas imposée: Il la choisit! La vie divino humaine qui est la vie de foi selon l’expérience biblique est une vie en totale liberté, inconditionnée et inconditionnelle, dans une liberté sans limite, qui n’est gouvernée que par l’amour que nous avons pour le Seigneur, par l’amour qu’Il a pour nous, et par l’amour que nous avons pour notre prochain. C’est dans la mesure d’une telle conjugaison des volontés que l’homme trouve le bonheur en ce monde et dans le monde qui vient.