Imprimer cet article Imprimer cet article

Le saint Esprit dirige-t-Il la personne humaine ?

L’œuvre de l’Esprit –

Le saint Esprit est envoyé dans le monde par le Père pour conduire tout homme à l’état de fils ou de fille, ce que certains saints ont appelé la “vie en Christ”. Toutefois, en aucun cas, Il ne veut “diriger entièrement une personne”, sans le consentement de celle-ci. La personne humaine n’est pas un robot téléguidé par le saint Esprit. Et si l’Esprit agissait dans le monde et dans la vie de chaque personne sans attendre de réponse, s’Il imposait le bien de façon unilatérale, le monde ne serait pas ce qu’il est.

Libérer la liberté

Le saint Esprit, mû par l’amour du Père pour chaque personne créée, cherche à conduire celle-ci au Salut par tous les moyens, en respectant sa liberté, en éveillant sa liberté, en multipliant les interventions des saints et des anges, en favorisant certaines circonstances dans lesquelles la conscience de la personne peut s’éveiller. Pour Dieu – comme pour chacun de nous – la personne n’est pas un objet: elle est un sujet. Pour Dieu, elle est une entité absolument unique créée à son image et en vue de sa ressemblance; et Il la veut totalement libre parce que ce n’est que dans la liberté qu’elle peut lui être ressemblante, Dieu étant Lui-même totalement libre et inconditionné. L’exemple le plus connu est celui de la Mère de Dieu répondant librement à la sollicitation de l’Esprit.

Respect de l’inconditionné

L’oeuvre divine est ainsi paradoxale: comment aider une personne à aller vers le bonheur et la vie qui lui sont naturellement promis sans détruire son caractère inconditionné? La plupart des parents rencontre cette question de pédagogie, qui renvoie à la paternité, la parentalité, ou encore à la pédagogie, de Dieu. A travers toute l’Histoire de l’humanité, particulièrement dans la présentation qui en est faite par la Bible, nous voyons le comportement divin comme paternité, ce dont témoigne, par exemple, le belle anaphore de saint Basile de Césarée.

L’activité intérieure de l’Esprit et du Verbe

Le saint Esprit, qui est Dieu, c’est-à-dire une Personne divine, agit pour la personne créée de l’intérieur, non de l’extérieur. Agir “de l’intérieur”, c’est parler au cœur, ou à l’infra conscience de quelqu’un, de façon à ce que la personne puisse s’approprier le message, le considérer comme né de sa propre liberté créatrice, au lieu de subir une injonction qui détruirait la spontanéité de l’image en l’homme. C’est une question très délicate. Nous pouvons regarder, dans le saint Évangile, comment Dieu, en l’occurrence la Personne divine du Verbe, agit avec les personnes.

La persuasion

Par exemple, à un aveugle, Dieu dit: “que puis-Je faire pour toi?”; ou bien, à la Cananéenne, Il laisse tout le loisir de le supplier avec insistance; ou encore, avec les apôtres Pierre et Judas, Il les avertit qu’ils seront tentés de le trahir. Pensons encore à la parabole des invités au Banquet: on traduit souvent mal l’expression qui dit “persuadez-les à entrer” et non “obligez-les”. L’Esprit agit en nous avec persuasion.

L’infinie patience de l’Esprit

Relisons le saint Évangile, pour voir le comportement divin, celui du saint Esprit par le Fils, ou celui du Fils rempli du saint Esprit, car aucune des personnes n’agit sans l’autre pour faire la volonté du Père. Nous voyons que le Fils de Dieu s’est fait précisément homme pour agir de l’intérieur de l’humanité pour le salut de celle-ci. En ce qui nous concerne, donc, nous dirons, non que “le saint Esprit dirige entièrement une personne”, mais que le saint Esprit sollicite continuellement chaque personne dans le monde, qu’elle le sache ou qu’elle l’ignore. Dans les circonstances les plus inattendues, de santé, de politique, de profession, de vie familiale ou solitaire, l’Esprit ne se lasse jamais, et ne se lassera jamais, de solliciter de notre part une réponse libre pour nous construire dans l’épanouissement et le bonheur de la sainteté, autre mot, comme déification, pour parler de ressemblance divine. Le projet du saint Esprit, répétons-le, est de nous assimiler au Fils avec notre propre et libre consentement.

> icône de saint Basile de Césarée