Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 10ème dimanche après La Croix : Luc 12, 16-21.

La vigilance –

Au Nom du Père et du Fils et du saint Esprit : Amen ! Les dimanches de ce temps du carême de la Nativité nous appellent à la vigilance. Dans l’obscurité croissante qui va nous conduire au jour le plus court, le solstice d’hiver, nous sommes invités à relever la tête, à rester éveillés. Une grande lumière est en effet préparée pour chacun de nous, pour nos communautés et pour le monde entier. Le Christ Lumière vient dans le monde, comme Parole du Père et comme porteur de l’Esprit de ce même Père. Nous le disions dimanche dernier : le temps du jeûne de la Nativité est une phase de fin des temps, de terme de l’Histoire, car le Seigneur vient juger la terre. Sa première venue comme enfant est une venue dans la lumière de la paix et de la bienveillance paternelles sur la terre.

Le premier jugement

Elle est en elle-même un jugement, non le Jugement ultime, mais un premier jugement, pourquoi ? – parce que la présence de l’innocent, de l’enfant innocent, même s’il ne dit rien, juge les violents, les exploiteurs, ceux qui aiment le pouvoir et la guerre et, particulièrement, ceux qui exercent leur tyrannie sur les petits. Le jugement de ce monde commença lorsque la grotte cosmique reçut dans son sein l’enfant innocent conçu du Père innocent et de la Mère vierge. Les puissants de ce monde commencèrent à trembler et leur pouvoir vacilla. Mais le Seigneur ne cesse de venir dans ce monde, avant même son second et glorieux avènement. Et l’évangile de ce dimanche nous avertit de la venue de notre Seigneur et Maître, Lumière de Lumière et Dieu de Dieu, dans notre propre vie.

Eschatologie personnelle

La préparation au retour annoncé ne concerne pas seulement la fin des temps et le monde entier, encore qu’il serait sage que nos civilisations sachent qu’elles sont finies et que leur Maître et Juge arrive. Cette préparation concerne chaque personne, comment ? – eh bien, par la pensée et le souvenir de la mort. « Insensé ! », dit Dieu dans la parabole : « cette nuit même on va te redemander ton âme ». Dans la nuit des temps, dans les ténèbres croissantes de ce monde, dans l’opacité de notre propre vie personnelle, le Seigneur vient. La mort n’est pas le néant ; elle n’est pas un mécanisme biologique naturel. Elle fut donnée à l’homme pour qu’il ne s’éternise pas dans ses péchés. La mort est un don ; elle est l’arrivée dans notre vie du grand interlocuteur et Seigneur.  Il est, non pas sinistre ou morbide, mais sage et responsable pour l’homme de penser, en ce temps où se préparent les fêtes et les délices de la gastronomie, à sa mort – non à la mort en général, mais à sa propre mort, comme heure de la rencontre avec le Seigneur. Avent, le nom occidental pour le jeûne de la Nativité, veut dire, nous l’avons rappelé, venue. Le Seigneur vient. Les grands ascètes, comme saint Jean Climaque ou saint Sophrone le Nouveau, cultivent le souvenir de la mort comme charisme de liberté et comme anticipation de la vie qui vient. Le temps de l’Avent est nourri par la passion du monde futur et des temps qui viennent. La culture eschatologique caractérise la culture chrétienne, au moins celle des saints Pères.

Le souvenir de la mort

L’apôtre Paul le dit : « dans la vie comme dans la mort, nous appartenons au Seigneur » (Rom. 14, 8). Nous sommes déjà, par la foi et par le saint Baptême, entrés dans la vie dont la mort est la porte ; nous sommes déjà dans le passage ; nous sommes déjà rencontrés et appelés à consacrer notre vie à Dieu quand il viendra nous le demander, comme au personnage de la parabole. C’est pourquoi le même apôtre dit : « la mort m’est un gain » (Phi 1, 21) et il souhaite même s’en aller pour être avec le Christ. Le souvenir de la mort, de cette visite du Seigneur dans leur vie, est chez les saints une source d’impatience : cette nuit même, dans la nuit de cette vie, le Seigneur va me redemander ma vie ! Viens, Seigneur Jésus ! Viens, Lumière ! Viens avec gloire illuminer à jamais mon âme et mon corps !

(a.p. M.-A. Costa, radio Notre-Dame, « Lumière de l’Orthodoxie », 21.11.21)