Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 19ème dimanche après la Croix : Luc 18, 35-43

L’émersion du Verbe – 

Le Verbe incarné est sorti du Jourdain où Il s’était librement immergé sous la main du Précurseur pour se faire connaître de son peuple et de l’humanité entière. Il est sorti de l’eau qu’Il avait sanctifiée pour annoncer les temps nouveaux, non seulement un an mais des années de grâce du Seigneur. Il est sorti pour illuminer la Création tout entière. Il est sorti pour manifester l’amour du Père pour lui-même et pour tous les hommes dont Il se faisait le premier. Il est sorti, tout ruisselant de l’eau des temps nouveaux, pour inonder et détremper à son contact divin tous ceux qui s’approcheraient de lui, et tremper le monde entier des hommes par l’onde de la bienveillance du Père. Il est sorti pour prêcher la victoire sur le Diable, l’Ennemi de Dieu et des hommes. Il est sorti pour venir dans le monde comme vainqueur de la mort et de l’ignorance de Dieu.

Révélation de l’Homme

Il est également sorti de l’eau matricielle du Jourdain pour montrer ce qu’est l’Homme, la créature du Sixième Jour ! Voici l’Homme, dira plus tard Pilate. On ne savait pas ce qu’est un homme. « Je cherche un homme », disait même l’ascète Diogène, portant une lanterne dans la foule. On ne savait plus ce qu’est l’homme depuis que le Paradis était fermé : le Fils de Dieu et Fils de l’Homme a révélé ce qu’est l’homme, la vraie nature d’Adam et, ce faisant, Il révélait le Père qui a créé l’homme et qui est le Père de l’homme, son bien-aimé, en qui Il manifeste la bienveillance qui lui est propre… Il est propre au Fils de sortir, d’entrer, de s’immerger, d’émerger et de se manifester comme Verbe du Père.

Les sept sorties du Fils de Dieu

Sa première et atemporelle sortie fut son engendrement du Père. Sa deuxième et temporelle sortie eut lieu quand Il quitta le trône immatériel de la Divinité, émigrant ainsi depuis la ténèbre de l’inconnaissance. Sa troisième sortie fut sa naissance des entrailles virginales. La quatrième fut son émersion du Jourdain. La cinquième, celle du tombeau. Sa sixième sortie fut sa glorieuse exaltation de la terre jusqu’au ciel. Sa septième et parfaite sortie est sa venue avec gloire pour juger les vivants et les morts et régner à jamais. Et, quand Il sort, quand Il vient, quand Il déambule dans le monde qu’Il a créé, arpentant les lieux où Il est chez lui, le Dieu Homme marche avec les saints, cette foule que, en ce jour, entend l’aveugle de Jéricho.

Le Fils de l’Homme vient en gloire, escorté par les anges et les saints, tous ceux qui lui ont été agréables depuis le commencement du monde, et tous ceux qui lui plairont par leur vie pure et leur conscience illuminée jusqu’à la fin des temps. Le Fils vient dans sa Création comme Seigneur et comme Roi.

L’apprentissage de la prière

Et Il vient tout d’abord nous apprendre à prier. Dimanche dernier Il apprenait aux hommes la prière de louange et d’action de grâce accompagnée de prosternation et d’adoration : Gloire à toi, Seigneur Jésus, gloire à toi, pour tous et pour tout, comme priait saint Jean Chrysostome dont nous faisons mémoire en ce 27 du mois. Aujourd’hui, le voici qui nous apprend, par la bouche de l’Aveugle, la prière de supplication : Miséricorde ! Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, fais-nous miséricorde ! Fais miséricorde au pécheur que je suis ! Fais-moi miséricorde et je te verrai avec tous tes saints, accompagné de ta Mère très pure, de tes saints apôtres et de tout le cortège de tes disciples, les saints et les saintes femmes de tous les temps et de toutes les nations ! Je te verrai  –  enfin ! – accompagné de ton peuple, de ton Israël renouvelé dans les eaux du Jourdain et glorifié, et de toutes les nations dont Tu es à jamais la Lumière ! Mais, auparavant, j’entendrai ta douce voix de Créateur me dire avec compassion : ô homme, que puis-Je, Moi, ton Dieu, faire pour toi ?

(Radio Notre-Dame, “Lumière de l’Orthodoxie”, 27 janvier 2019)

> fresque de l’aveugle de Jéricho