Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 3ème dimanche après la Croix : Luc 6, 31-36.

Le message fondamental –

Au Nom du Père et du Fils et du saint Esprit : Amen ! Aujourd’hui est un dimanche très particulier et très précieux parce que nous entendons le message fondamental adressé par le Christ Dieu et Sauveur. Sur la Croix, le Seigneur Dieu a donné l’exemple : Créateur du ciel et de la terre et de tous les êtres visibles et invisibles avec le Père et l’Esprit, le Verbe atemporel se fit homme et chair sans cesser d’être Dieu et Il entra dans le temps. Autant que nous pouvons en avoir la connaissance, le but de la Divinité une et unique en trois personnes fut d’inviter l’être humain à participer à son amour inexprimable et incompréhensible. Dieu révélé dans la Bible est le dieu d’amour, le Dieu-Amour. Il a révélé ce que veut dire le mot amour par son enseignement et par son exemple.

Le trésor de l’Évangile

Le saint Évangile est le coffret très précieux qui contient le trésor des messages ultimes de la Divinité en ce qui concerne sa façon d’être et d’exister, c’est-à-dire comment Elle aime et comment Elle est amour, suivant la parole du  saint apôtre et évangéliste Jean le Théologien. Le Verbe ne nous révèle pas la nature ultime de l’amour par des mots et une doctrine, quoiqu’Il enseigne à ceux qui veulent être ses disciples. Il dévoile ce mystère par l’exemple ; Il nous invite, en mystagogue, comme disent les saints Pères, à le suivre et à entrer avec lui dans la lumière de l’amour ineffable. La vie dans la foi est une initiation continuelle : nous suivons notre Maître qui est, non seulement la vérité et la vie, mais encore la voie. Notre Maître, à la fois Dieu, Rabbi et Messie, nous conduit sur le chemin qu’Il a emprunté et qui conduit au Père, Source unique de toute grâce, de tout bien et de tout amour. Sur ce chemin qu’Il parcourt dès son baptême, conduit par l’Esprit du Père dont Il est rempli, Il donne ce même Esprit très saint et très bon à ceux qui mettent leur foi en lui.

Le don du saint Esprit

C’est pourquoi la vie dans le Christ et à sa suite est la vie dans l’Esprit. Saint Silouane du mont Athos a dit que l’amour pour les ennemis est le critère de la vérité, parce que celui ou celle qui aime ses ennemis, c’est-à-dire qui les préfère à soi-même, est comme un buisson brûlant sans se consumer, une torche enflammée par l’Esprit du Père. « Vous serez les fils du Très-haut », dit Jésus, et Il nomme ce qui est la vraie condition de l’homme, la déification. Aimer ses ennemis, c’est-à-dire souhaiter leur pardon et leur Salut, est le signe de la ressemblance divine pour laquelle l’homme fut créé. Tel est le but de la vie chrétienne, de la vie dans la Foi : tel est le but, le sens et le contenu de toute vie humaine – aimer comme Dieu aime, notre Dieu crucifié par amour pour ceux qui le crucifiaient. Le temps qui suit la Pentecôte est le temps de la vie dans l’Esprit. Et les messages qui nous sont adressés chaque dimanche nous rappellent que la vie dans l’Esprit est notre programme, cette vie qui nous unit de plus en plus au Christ pour faire de nous des fils et des filles de Dieu.

La divinisation de l’homme

La déification ou divinisation, ou encore sanctification, est le contenu de la vie chrétienne. Par un travail intérieur continuel, quotidien, d’heure en heure, par l’ascèse ou exercice de vie évangélique, nous laissons l’humanité dont nous sommes porteurs être gagnée lentement mais sûrement par la divinisation. En suivant le Christ jusqu’à cette extrémité qui est l’amour pour les ennemis, nous devenons de plus en plus humains à mesure que nous devenons de plus en plus divins. L’audacieux livre de Bertrand Vergely le dit : Dieu veut des dieux ; La vie divine est proposée aux hommes. À ce programme, nous voyons que la foi évangélique est l’avenir de l’homme, l’avenir du monde. Le Christ, Dieu descendu des hauteurs, nous y invite : « aimez vos ennemis » gratuitement, parce que, justement, un ennemi ne peut nous rendre le bien que nous lui faisons !

(a.p. M.-A. Costa, «Radio Notre-Dame, « Lumières de l’Orthodoxie », 3 octobre 2021)