Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 3ème dimanche après la Pentecôte: Matthieu 6, 22-33.

Les grandes vacances –

Chaque année, le cycle liturgique fait que nous entendons cet évangile pendant l’été. Pour beaucoup d’hommes et de femmes, c’est comme une charte, un programme de vie pour les semaines qui viennent et qui seront peut-être des moments de vacances. Ceux qui retournent dans leur pays, par exemple en Roumanie, pour retrouver leur famille ; ceux qui découvriront de belles régions de France ; ceux qui pourront visiter des pays nouveaux ou retourner dans les régions qu’ils aiment ; et même ceux qui resteront à la maison pour y jouir de journées plus longues et du calme que la vie citadine reçoit pendant l’été : les uns et les autres, surtout cette année, quand il nous est donné, après l’épreuve du confinement, de retrouver un peu de liberté de mouvement, pourront prendre cet évangile à la lettre !

S’émerveiller

Pensons que c’est le message que le Sauveur nous adresse de façon personnelle et familiale. Nous voyons le Verbe incarné, créateur, avec le Père et l’Esprit, du ciel et de la terre et de tous les êtres visibles et invisibles, s’émerveiller devant les créatures : « les lys des champs : comme ils poussent ! », s’exclame-t-Il. Celui qui a dit « que les eaux grouillent d’un grouillement d’êtres vivants et que les oiseaux volent au-dessus de la terre contre le firmament du ciel » (Gen 1, 21) attire notre regard vers la beauté des êtres vivants : « regardez les oiseaux du ciel ! » La voix du Verbe a tout fait exister.

Le regard de Dieu

Mais cette voix correspond également à un regard, celui du Créateur tourné vers sa création et vers nous, ses créatures choisies : « regardez !», dit-Il, voyez la beauté du monde ; émerveillez-vous de la vie ; réjouissez-vous d’être vivants ; émerveillez-vous d’exister plus que de posséder. Le message du Sauveur en ce jour rappelle la juste hiérarchie des valeurs. Sachons l’écouter et nous réjouir de ce que nous verrons : les paysages, les créatures, la terre, le ciel et tous les éléments. Réjouissons-nous surtout des personnes et de leur visage : nos enfants, nos proches, notre conjoint, nos amis et tous ceux que nous rencontrerons au cours de ce bel été déjà commencé.

Le Royaume

Le Sauveur Jésus Christ, imperceptiblement, oriente notre esprit vers une dimension encore plus profonde que la beauté des créatures : le Royaume ! Plus que le monde de l’avoir ; plus que le confort, que l’argent ; plus même que la splendeur de la lumière créée, le Verbe incarné nous attire vers ce qui est le but même de sa venue parmi nous. « Chercher le Royaume et sa justice », c’est nous exercer à vivre selon le mode divin d’exister, celui que nous contemplons dans la communion des Personnes divines. C’est un mode de vie, non seulement sans avoir, mais sans pouvoir. Voilà le programme pour les belles journées qui viennent : nous aimer les uns les autres ; purifier, non seulement le regard extérieur, mais également l’œil de notre cœur, pour tout voir comme Dieu le voit ; pour aimer comme Dieu aime et nous réjouir de la joie de Dieu. Alors nous saurons ce que nous demandons quand nous disons si souvent : « qu’advienne ton Royaume ! »

(a.p. M.-A.) – 11/07/2021