Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 18ème dimanche après la Pentecôte : Luc 5, 1-11.

Une promesse de plénitude –

Le message de notre Sauveur et Seigneur Jésus Christ est aujourd’hui comme toujours une promesse de plénitude. La pêche surabondante est l’emblème de fruits totalement gratifiants que récolte celui et celle qui s’immergent par une prière de foi dans les profondeurs abyssales de leur propre cœur. Le Christ nous invite à nous immerger dans la mer intérieure où Il a préparé ses dons. Nous n’avons pas seulement rendez-vous avec lui sur le rivage, à l’extérieur de notre cœur, sur la berge de notre conscience. Non : c’est Lui-même qui veut nous nourrir par l’abondance d’une pêche charismatique.

Le banquet préparé par le Verbe

C’est Lui qui a préparé pour chacun de nous, dans les profondeurs de nous-mêmes une rencontre divino humaine, un banquet mystique, une abondance à rompre les filets, une richesse divine qui dépasse nos possibilités humaines de compréhension, d’appréhension et de conservation. Ce que le Seigneur nous promet de trouver par cette pêche dans les eaux profondes de notre âme et de notre cœur est incommensurable avec nos capacités ; nous sommes dépassés, débordés par la grâce, la miséricorde et la générosité divines ! Nous ne pouvons que glorifier puisque nous ne pouvons tout saisir ! Dieu est incompréhensiblement généreux, comme le montre le foisonnement de toutes les espèces de la Création, tous les modes de l’être créé, le dénombrement impossible des anges ; le catalogue sans fin des créatures de toutes sortes, non seulement angéliques et humaines, mais encore animales, végétales et minérales. Les savants n’ont pas fini d’étendre comme un filet de pêche, le champ de leur exploration et de leur connaissance. Les astronomes découvrent de nouvelles étoiles chaque jour !

La générosité du Seigneur

Et, en nous-mêmes, si, par le charisme de l’obéissance, nous acceptons de plonger encore et encore dans l’océan de notre cœur, nous découvrons sans cesse d’indéfinies nuances de bonheur en Dieu, les multiples modulations de la grâce divine, les innombrables dons du saint Esprit que le Verbe désigne à notre quête. Le Verbe est sur la berge ; l’Esprit est dans les profondeurs ; mais les poissons multicolores que l’Esprit nous offre sont les pensées, les inspirations, les décisions libres, les projets d’action agréable au Fils de Dieu et donc au Père, Chef suprême de cette pêche miraculeuse. Toutefois, comme pour les apôtres, il est pour nous l’heure de quitter le lac de l’intériorité, sa profondeur et sa belle surface, pour mettre pied à terre et suivre notre Maître où Il va et nous conduit.

Témoigner de l’amour du Père

Ainsi, toute expérience profonde de la prière débouche sur l’action divino humaine, sur une vie agréable à Dieu et au prochain. Suivre Jésus après nous être nourris des dons divins enfouis dans nos profondeurs ne veut pas dire autre chose que faire sa volonté et collaborer avec lui pour la manifestation de l’amour du Père parmi les hommes. Notre vocation de disciples de Jésus est incontestablement une vocation mystique : et celle-ci recèle les motifs profonds de notre foi en Jésus Sauveur et Seigneur et de notre obéissance libre à sa double volonté divine et humaine. Tel est le programme pour la belle année qui commence !

(Radio Notre-Dame, « Lumière de l’Orthodoxie », dimanche 27 septembre 2020)