Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du dimanche après la Théophanie : Matthieu 4, 12-17

La mission divine dans le monde –

Depuis le saint baptême du Sauveur, nous sommes entrés dans le temps de la mission, et de la propagation de la Bonne nouvelle. Le premier missionnaire, le premier apôtre, le premier évangélisateur est le Fils de Dieu Lui-même. Il est l’Apôtre, parce qu’Il est l’Envoyé du Père. Il est missionnaire, parce qu’Il est en mission dans le monde et parmi les hommes pour y faire connaître l’amour du Père, la joie du Père, la compassion du Père, la paternité du Père. L’Esprit également est en mission dans le monde. Le Père est la Source de la divinité, et la Source du Verbe et de l’Esprit: Il est également Celui qui envoie le Fils et l’Esprit et qui agit par eux au sein de la Création, comme par ses deux mains, dit saint Irénée. Le Fils et l’Esprit ont reçu du Père tout pouvoir, toute autorité, tout amour et toute compassion pour le faire connaître parmi les hommes et conduire ceux-ci à l’état de fils et de filles de Dieu. „Qui voit le Fils voit le Père”, est-il dit.

Les “deux mains du Père”

Il est tout aussi vrai que celui qui voit les oeuvres de l’Esprit voit en quelque sorte le Père en action; il voit réalisée la volonté du Père. En ce sens, qui voit le Fils voit également l’Esprit du Père, parce que le Fils fait et accomplit la volonté du Père avec toute la puissance du Père, c’est-à-dire dans toute la puissance, l’énergie, la grâce et l’autorité de l’Esprit. Le Fils est rempli de l’Esprit du Père. En son baptême, nous l’avons bien vu. L’Esprit repose sur lui de toute éternité; l’Esprit du Père oint le Fils et le couronne; l’Esprit le remplit de toute la bienveillance, de toute la compassion et de toute la gloire du Père. Ainsi Jésus Christ, en ce jour, mû par l’Esprit, part en mission, avec mandat du Père et puissance de l’Esprit, auprès du „ peuple qui vit dans la nuit” et chez „ceux qui vivent dans le sombre pays de la mort”, c’est-à-dire le monde, déchu et coupé du Paradis.

Jésus Lumière

Et Il entre dans le sombre pays de ce monde comme lumière. Certes, Jésus Christ évangélise; Il est le premier apôtre et missionnaire et évangélisateur; mais, avec les yeux que nous donne l’Esprit, nous voyons que Jésus Christ est l’Evangile en Personne, la Torah en Personne, la Lumière en Personne et l’amour du Père en Personne. Jésus vient dans le monde pour apporter la lumière du Père: mais Il vient Lui-même comme Lumière. Lumière est le Père! Lumière est le Fils! Lumière est l’Esprit!, chante la Liturgie. Le Fils irradie de lui-même, par l’Esprit qui l’habite, toute la gloire du Père. Jésus est dans le monde comme resplendissement de la gloire du Père, comme flambeau de l’amour miséricordieux du Père. Il est dans ce monde de ténèbres, comme joie, comme consolation, espoir des désespérés, salut de ceux qui sont perdus, vie de ceux qui sont morts. Il vient dans sa propre création comme Dieu parfait; Il vient chez lui dans le monde qu’Il a créé avec le Père et l’Esprit; et Il vient tout autant comme homme déifié et parfait.

La foi de Nicée

La perfection de sa divinité et la perfection de son humanité resplendissent dans le monde et l’illuminent. Jésus irradie comme Dieu parfait et Il irradie comme Homme parfait. De cette vérité, de cette réalité, du fait de l’irradiation de Jésus vrai Dieu et vrai Homme, Fils unique engendré du Père et rempli de l’Esprit que Celui-ci exhale, nous sommes tous témoins. Le fait de la Personne divine du Verbe présente en ses deux natures, dans le monde et au milieu des ténèbres du monde, et jusqu’en la ténébreuse mort elle-même, est le contenu même de notre foi, cette foi „orthodoxe”, foi „catholique”, comme on disait du temps de saint Hilaire, son grand défenseur. Le grand archevêque de Poitiers dont nous faisons mémoire aujourd’hui, n’a pas défendu une doctrine: il a témoigné de la réalité, il a attesté la vraie foi, celle qui reconnaît en Jésus le Dieu Homme!

(Radio Notre-Dame, “Lumière de l’Orthodoxie”, 13 janvier 2019)

> fresque avec Saint Hilaire de Poitiers