Imprimer cet article Imprimer cet article

Exaltation de la Croix – 14 septembre : Jean 19, 6-11, 13-20, 25-28, 30-35.

Fin de la quarantaine –

L’Exaltation de la sainte et vivifiante Croix est célébrée au terme d’une quarantaine. Depuis le 1er août, au sein des offices de la Transfiguration et de la Dormition, des strophes (katavasies) annoncent la Croix. L’année liturgique s’ouvre le 1er septembre sous le grand Arbre de mort et de résurrection, qui couvrira de son ombre notre vie  jusqu’au saint et grand Vendredi, Préparation de la Pâque.

L’arbre du Royaume

Le saint et vivifiant Arbre de la Croix pousse d’une graine minuscule qui grandit pour abriter tous les saints et tous les justes. Le Royaume est semblable à ce feuillage : « Souviens-toi de moi quand Tu entreras dans ton royaume », disent les pécheurs convertis, prenant chacun sa petite ou grande croix, ouvrant chacun une petite ou grande porte d’entrée au Royaume ou au Paradis. Nous vénérons le bois de la Croix, nous le portons sur notre corps, nous l’inscrivons sur nos maisons et notre lieu de travail, nous l’arborons sur nos églises, parce que c’est la seule et unique porte, mesurée à l’échelle de chacun d’entre nous, par laquelle nous avons accès au Royaume de notre roi.

La Porte

Nous embrassons cette porte, nous prosternons devant elle, nous glorifions par elle la sainte Résurrection. Nous ouvrons cette porte de la Croix, nous gravissons, comme Zachée, cet arbre, pour voir le Seigneur qui passe. « Par la Croix la joie est venue dans le monde », dit l’hymne : qui renonce à soi, connaîtra la joie du Christ, Porte ouverte par le pardon et qui s’appelle Lui-même la Porte ; par lui nous entrerons dans le Royaume tant désiré ! La Croix, « Arbre de la vie au milieu du jardin » : tout homme désire s’en approcher et vaincre la mort.

(Radio Caen)