Imprimer cet article Imprimer cet article

Pentecôte 2020 : Jean 7, 37-52 0 à 8, 12

Plusieurs évènements –

En ce jour, plusieurs évènements sont associés. La Pentecôte est une ancienne fête juive de la moisson, appelée dans le livre de l’Exode (34, 22) fête des Semaines. Elle est située sept semaines après la Pâque et l’offrande de la première gerbe selon le Lévitique (23, 15). Elle est également la fête de l’Alliance, conclue une cinquantaine de jours après la sortie d’Égypte (Exode 19, 1-16). Mais l’évangile que nous venons d’entendre parle de la fête des Tentes (Deutéronome 16, 1-17) qui est une fête de la Récolte.

Ce que le Seigneur a semé dans nos cœurs

La parole du Sauveur résonne ainsi dans un contexte très riche où, pour la conscience juive de nos pères, s’associe la générosité cosmique montrée dans les récoltes et les moissons, et le renouvellement de l’Alliance. Le message du Messie est clair : Il est Lui-même la première gerbe pascale à laquelle viennent s’ajouter toutes les gerbes de la moisson apostolique. Il est celui en qui se renouvelle l’Alliance dans son sang versé depuis la Croix. Il est la généreuse source de la grâce, cette eau vive de l’Esprit à laquelle peut s’abreuver tout homme qui met sa foi en lui. Simultanément, cinquante jours après la sortie pascale de l’Égypte du péché, le peuple de Dieu fait la moisson de toute son activité de foi. Nous récoltons les dons divins qui germent de ce que le Semeur a semé dans nos cœurs et que nous avons bien voulu cultiver jusqu’à ce jour.

Le fruit de Pentecôte

Nous récoltons également ce que nous avons-nous-mêmes semé par la prière, par la foi et par l’amour du prochain. La Pentecôte, la glorieuse Descente de l’Esprit, s’interprète d’abord comme un fruit, le fruit magnifique, la moisson hyper cosmique, non seulement des efforts humains que font les croyants pour suivre la volonté du Père, mais le fruit que l’on cueille sur l’Arbre de vie renouvelé qu’est le Verbe incarné et ressuscité. Du Verbe, Source seconde, s’écoule la vie en abondance, sous forme de sang et d’eau, sous les espèces du pain eucharistique où la gerbe pascale et la grappe ont muri, dans l’expérience de l’amour divino humain que vit la communauté des croyants et qu’elle répand dans le monde.

Le Trésor des dons

Fête de saison à l’orée de l’été, joie de toute la Création, la Pentecôte est le jour où, de façon plus fulgurante encore que le Soleil de justice exalté dans les hauteurs, l’Esprit descend, non pas en personne, mais dans la plénitude de ses dons, sur les croyants et, par eux, sur le monde entier. Le Verbe, non l’Esprit, est la Personne et l’Hypostase de l’Église. L’Esprit est le Trésor des dons, de tous les dons : en en jouissant, les disciples de Jésus Christ accompliront les œuvres de leur Maître. Ils porteront la puissance thaumaturgique du Ressuscité dans le monde entier. Ils toucheront les cœurs les plus froids et transformeront les pierres en chair. Ils baptiseront dans l’Esprit du Christ, l’Esprit du Père que donne le Christ. Ils récolteront pour le monde, pour la société civile, pour l’actualité, tous les fruits de la Résurrection.

(Radio Notre-Dame, « Lumière de la Orthodoxie », dimanche 7 juin 2020)