Imprimer cet article Imprimer cet article

Sixième dimanche après la Pentecôte : Matthieu 9, 1-8

La cohérence –

Pendant tout le temps après la Pentecôte, le temps le plus généreux de l’année, l’apôtre Paul nous enseigne sur la façon de vivre en cohérence avec notre baptême. Il insiste toujours sur la vie de l’Esprit dans la communauté de ceux qui croient : le saint Esprit a été envoyé par le Fils depuis la droite du Père où Il est glorifié. Simultanément, l’Esprit assure la présence parmi les croyants de ce même Fils : Jésus Christ, le Dieu Homme est à la fois au ciel et sur la terre. Il le dit Lui-même : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps » (Matt. 28, 20). Nos communautés, nos paroisses, nos familles, nos diocèses, nos Églises souveraines, sont censés manifester cela par les pensées, les paroles et les actes qui sont développés en leur sein.

Bienveillance dans l’Esprit saint

Ces signes attestent l’œuvre de l’Esprit ; ils se rapportent à la structure charismatique du Corps du Christ. Saint Paul est le grand théologien de l’Esprit et de l’Église : il nous apprend à être vigilants, à respecter la vie de l’Esprit parmi nous, à être conscients de la présence de Jésus Christ parmi nous et à être cohérents avec elle. Il nous enseigne l’attitude fondamentale des disciples de Jésus Christ : la bienveillance. Est bienveillant celui qui veut du bien à tous ; celui qui a un a priori positif à l’égard des hommes et des situations ; Dieu est bienveillant par nature.

Manifester l’Esprit

La bienveillance qui caractérise les vrais disciples du Christ a été annoncée par les anges dès la naissance humaine du Verbe. Il s’agit d’un charisme, d’une grâce divine et incréée. Le Père est bienveillant et Il diffuse le charisme de sa bienveillance dans le monde, « parmi les hommes », par son Fils et son Esprit, qui procèdent également de lui. À leur tour, les baptisés deviennent les agents ou les instruments – les ministres de la bienveillance divine parmi les hommes, dans toutes les occasions qui leur sont fournies : en famille, en paroisse, dans la société civile. Le charisme de chaque baptisé et de l’Église tout entière consiste dans la manifestation du saint Esprit au monde, à travers les paroles évangéliques du Verbe et Messie Jésus, et à travers un comportement particulièrement humain, patient, bon, généreux, prévenant et libre de à tout égoïsme.

Marcher devant la Face du Seigneur

Aujourd’hui, le paralytique qui retrouve le mouvement est celui qui se meut vers le Père et vers le prochain pour leur montrer l’amour du Fils et du saint Esprit. « Observe les lois de Seigneur en marchant dans ses voies », dit la Parole (Dt 8, 6). L’homme qui marche devant la face de Dieu est le disciple véritable, à qui, selon le saint baptême, des pieds et des jambes sont donnés « afin de marcher sur la voie des commandements », et d’accomplir la volonté du Père. Le temps qui suit la Pentecôte est le temps de la prière charismatique pour le Salut de l’humanité et de l’entière Création ; mais il est également le temps de l’action. À vrai dire, la prière est la première action et tous les actes charismatiques dérivent de la prière qu’un cœur sincère et vrai élève chaque jour devant la face du Seigneur.