Imprimer cet article Imprimer cet article

Parole et prière

Attirer le Christ –

« Parole et prière sont les moyens qui attirent le Christ parce qu’ils mettent en relation la pensée de ceux qui les prononcent ou les entendent avec lui, et, par cette pensée, ils se mettent eux-mêmes en relation avec lui. De la sorte, même dans le cœur de ceux qui prient, le Christ, est présent et opérant par l’Esprit saint (Rom 8, 26), comme dans le cœur de ceux qui annoncent le Christ (Matt 10, 20 ; Ac 4, 8, 31).

La première forme de parole qui rend présent le Christ est la parole au sujet du Christ ou au sujet de Dieu, prononcée avec foi. Mais comme la relation avec le Christ véritable et intégral ne peut être réalisée que par la pensée du Christ véritable et intégral, et que Celui-ci ne peut être connu que par l’Église, par le prêtre, en tant que ministre autorisé de sa parole au sujet du Christ, la parole prononcée par le prêtre est le premier moyen par lequel se réalise la présence du Christ. C’est pour cette raison qu’il y eut d’abord l’annonce de Pierre, ou de Philippe, puis, incités par le bouleversement de leur cœur, les auditeurs demandèrent le Baptême (Ac 2, 37-38 ; 8, 33-36).

La prière du prêtre

Mais la parole prêchée par le prêtre rend la présence du Christ d’autant plus active qu’il y a en lui de l’esprit de prière, reçu par ses auditeurs dans l’esprit de prière, ou de repentir pour leurs péchés, et de demande de Salut. Pour cette raison, le degré le plus élevé de la parole prêchée par les prêtres est constitué par les diverses prières qu’il prononce dans l’intérêt des fidèles, comme les prières qui demandent à Dieu la bénédiction et la sanctification des fidèles ou de leur milieu de vie, dans différentes situations. Ces prières introduisent une présence plus active du Christ à leur égard, une présence qui rétablit ou qui renforce la santé des fidèles, les aide dans leurs besoins et fait fructifier en eux la vie spirituelle […]

Et le plus haut degré de prière de l’Église accomplie par le prêtre est la prière par laquelle se réalisent les divers sacrements, par la venue de la grâce qui leur est propre, et par-dessus tout, l’épiclèse eucharistique.

La prière des fidèles

Mais la présence active du Christ, selon différents degrés et modes, ne se produit pas chez les croyants s’ils ne s’ouvrent pas à la parole par la foi, la parole ayant d’autant plus d’effet qu’elle est pleine de l’esprit de prière. Les prières des fidèles doivent s’élever elles aussi en correspondance avec les prières de bénédiction, de sanctification et de demande de la grâce du saint Esprit dans les sacrements, en s’orientant vers le contenu de ces prières selon le contenu de la parole prêchée par le prêtre et celui de leur propres prières. L’orientation de la prière des fidèles selon le contenu de la parole et des prières du prêtre signifie un véritable témoignage de leur foi en ce qui est dit par le prêtre dans sa parole et dans sa prière. […] »

La parole-semence

« Celui qui prononce les paroles nous communique par la foi avec laquelle il les prononce l’énergie de sa nature remplie de l’expérience du Christ, et celui qui les écoute s’ouvre à cette énergie avec toute son attention : cela s’explique par la nature de la parole comme telle. Le Sauveur a assimilé la parole avec la semence. Mais cela signifie, d’abord, que celui qui parle pénètre avec sa propre énergie en celui à qui il parle ; deuxièmement, que cette énergie procède de son propre être, donc apporte quelque chose de cet être en celui à qui il parle, et le conforme, dans la mesure où il parle davantage et est écouté avec une plus grande attention, à son propre modèle »

Interaction

« La prière suit la parole, mais également la parole suit la prière, enrichie et réchauffée par elle, car en elle se fait l’expérience toujours plus profonde de Dieu, de l’amour du Christ, montré dans son incarnation, dans son sacrifice, dans la résurrection et l’ascension du Christ et sa venue vers nous par l’Esprit saint. La prière s’enflamme de plus en plus à partir de la parole, et la parole s’illumine de plus en plus et de plus en plus profondément grâce à la prière. »

(P. Dumitru Stàniloae, Spiritualité et communion dans la liturgie orthodoxe, Bucarest, 2004)