Imprimer cet article Imprimer cet article

L’iconographie de notre église

La poutre transfigurée –

Après des mois de travail – choix des personnages, choix des paroles à leur attribuer, dessins, proportions, distribution sur la future surface – est apparue, en deux jours de chantier, pour la glorieuse Descente de l’Esprit, la fresque tant attendue : douze prophètes et prophétesses, de part et d’autre du visage du Christ Sauveur. Gloire à Dieu ! Gloire à Dieu qui repose parmi les prophètes et les saints ! Une poutre utile et ingrate soutenait le plafond et offusquait le regard – cette fameuse poutre qui, dans notre œil, est plus grosse que la paille dans l’œil du frère ! – : cette poutre de soutènement est devenue digne de porter le témoignage prophétique de la tradition biblique d’Abraham jusqu’au Messie !

Manifestation du saint Esprit

« L’Esprit saint a parlé par les prophètes », dit le Symbole. En ce jour de Pentecôte, le Paraclet s’est manifesté à travers la parole iconographique de l’Église. Au milieu de la poutre transfigurée, apparaît la sainte Face du Dieu-Homme, au centre de tout, Sauveur vu à l’avance par toute la tradition biblique. A gauche et à droite, six visages se montrent, les yeux grand ouverts sur l’Alpha et l’Oméga de l’Histoire : Abraham, qui « vit le jour » du Seigneur Jésus Christ (Jn 8, 56); Samuel ; David, l’Ancêtre de Dieu selon la chair ; la grande Deborah, prophétesse et juge, « mère en Israël » (Jg 7) ; Isaïe  prophète de la conception virginale ; Elie, le fou de Dieu ; le géant et génial Moïse qui vit Dieu ; Jérémie ; Anne fille de Phanouël, la prophétesse qui dans le Temple reconnut le Messie et Fils de Dieu ; Daniel ; Jonas, préfigure de la Résurrection ; Ézéchiel… « Réjouissez-vous, tous les prophètes du Christ, réjouissez-vous ! »

L’icône, accomplissement de la Parole

L’icône accomplit la Parole. Au principe de tout, Dieu crée le ciel et la terre, le visible et l’invisible… Le sixième jour, Il façonne et modèle l’homme à son image et pour sa ressemblance. L’icône montre l’accomplissement de la prophétie divine, car les prophètes et les saints ressemblent à Dieu. L’icône du Christ est parfaite : elle montre l’homme parfait, l’homme parfaitement ressemblant au Verbe son modèle, scellé dans la ressemblance par le saint Esprit. Dans le Dieu-Homme, dans la Personne divine de Jésus-Christ, Dieu s’est fait complètement ressemblant à l’Homme, et l’Homme est parfaitement ressemblant à Dieu. Œuvrer dans l’Église, par la foi et la prière de celle-ci, au service de l’image dogmatique et liturgique, c’est attester que la parole de Dieu s’est accomplie dans l’Histoire.

La fraternité

Ces mois de travail préparatoire et les deux jours de chantier sous l’œil du maître de l’atelier Saint-Jean-Damascène ont constitué une exceptionnelle expérience d’Église – quand tu t’effaces devant ou derrière le frère, tu t’estompes pour qu’une œuvre unanime et interpersonnelle apparaisse, qui ne doit rien à l’individualité et à ses caprices. L’expérience communautaire reflète l’existence trinitaire : les personnes, sans se confondre, se fondent l’une en l’autre, dans une unique volonté et une unique liberté. À notre niveau minuscule, le travail iconographique en équipe a été cela : l’expérience de la manière divine de vivre, d’aimer et d’œuvre. Dans la compétence et la gaieté, les cinq iconographes de notre paroisse, réunis avec leur guide, ont vécu un temps – des moments – de bonheur, dont la communauté entière est elle-même gratifiée.