Imprimer cet article Imprimer cet article

Foi et liberté dans le contexte actuel  2/4

Foi et liberté –

Ce donné (cf. 1/4) nourrit notre foi. Il alimente l’exercice que nous faisons de la liberté.

La liberté biblique correspond au sceau initial de l’image divine en l’homme ; et à l’insufflation initiale de la grâce du saint Esprit (Genèse 1 et 2)

Les Pères ont distingué deux formes de liberté :

*Liberté d’origine : elle est un pur Oui

*Liberté d’alternative ou délibérative (« libre-arbitre »)

La liberté est choix, décision, ratification

La liberté est un potentiel : « j’ai toute liberté », dit st Paul (1 Co 6, 12 ; 10, 23) ; celui-ci s’actualise par des choix et des décisions qui sont eux-mêmes des actes de liberté

La permissivité divine est la liberté que Dieu donne (Genèse 2 : le 7è jour, et Genèse 3) ; elle est également la liberté de Dieu : nous apprenons à la respecter (incompréhensible).

La liberté est encore l’œuvre de la grâce du saint Esprit en l’homme en fonction de la parole qui lui est adressée par Dieu ; la grâce incréée libère la liberté créée.

Pour les Apôtres (st Paul) et les Pères (st Maxime, etc.), la liberté est ce qui assimile l’homme à Dieu : un état inconditionné. Elle n’est restreinte que par le péché (éloignement de Dieu et de sa grâce)

L’expérience biblique de la liberté

De tout temps, hommes et femmes de la Bible, ou Peuple de Dieu, ont fait, d’une façon ou d’une autre, l’expérience de la liberté : Adam et Ève ; Abraham ; Noé ; le peuple pris ensemble (servitude et libération) ; Moïse ; la Mère de Dieu ; les martyrs (st Etienne) ; les ascètes ; les saints, moines et époux. Le Christ a donné l’exemple de la liberté. L’Évangile montre l’homme libre.

Conjugaison des libertés divine et humaine

Dans un contexte donné, la liberté humaine est sollicitée par la volonté de Dieu, ou liberté divine (potentialité absolue, et consentement divin ; Dieu est inconditionné, in conditionnant et inconditionnel). Nous nous déterminons non par rapport à un destin aveugle, une fatalité, une nécessité ou par rapport au hasard, mais par rapport à une personne, le Sujet divin libre et donateur de liberté, qui dit à Moïse : « Je suis ! » (Ex 3). Nous répondons à la volonté du Père : « que ta volonté soit faite, comme au ciel, ainsi sur terre ! » ; « que ta volonté soit faite, non la mienne ! » ; « qu’il m’advienne selon ta volonté ». Nous apprenons à vouloir ce que Dieu veut. – non à nous soumettre à un destin impersonnel, à des lois et des règles humaines.

(a.p. M.-A. catéchèse du 13.10.21)