Imprimer cet article Imprimer cet article

Foi et liberté dans le contexte actuel  4/4

Liberté intérieure

Une forme supérieure de la liberté s’exerce à l’intérieur de nous-mêmes :

  • Par rapport aux pensées, aux sentiments, aux représentations, aux idées
  • Confrontation quotidienne à la Parole (psaumes, Évangile, Epîtres) = discernement de ce qui advient dans notre conscience (prière intérieure, méditation de la Parole)
  • « Pensées » ou « suggestions » ont (Isaac le Syrien) trois origines : Dieu, Satan et nous.

 

La liberté intérieure s’exerce :

  • Comme discernement de la volonté de Dieu
  • Comme décision d’accepter ou non cette volonté
  • Comme décision d’accepter ou de refuser les « pensées » ou messages intérieurs
  • Comme choix de remplacer par des pensées divines, les pensées seulement humaines ou même diaboliques (vengeance, meurtre, etc.) : bénir au lieu de maudire ; pratiquer la louange.

Le repentir

  • Le premier acte de la liberté intérieure est le repentir = renier le mal qu’on a pensé, dit ou fait ; considérer qu’on n’est le seul pécheur sur la terre et que Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance parfaite de la vérité ; considérer comme sien le péché d’autrui. Le repentir est une grâce divine à acquérir

Pourquoi ? – parce que la liberté est captive du péché et des passions. Donc : libérer la liberté en reconnaissant nos fautes et en disant Oui à Dieu. L’ascèse libère des passions.

  • Le deuxième acte de la liberté est l’amour pour les ennemis et les méchants (= préférer leur bonheur au sien ; préférer leur Salut au sien ; plaider pour les méchants devant le trône de Dieu); renoncer à soi pour autrui (« sacrifice non sanglant »)
  • La manifestation de la liberté est la sainteté: accroître le nombre des saints dans le monde actuel et pour le monde (très difficile) qui vient est la vocation de l’Église Corps du Christ. La présence des saints dans la société civile constitue l’espoir du Salut pour le monde. Réponse définitive à toute forme d’oppression actuelle et à venir.
  • D’où : culture intérieure de la liberté au quotidien ; célébration sacramentellement de la liberté (l’Eucharistie et les autres sacrements) et prière continuelle de repentir ou de louange. Le cœur, laboratoire de la liberté. Et celui qui cultive la liberté en lui-même libère les autres – dimension cosmique et universelle de la personne.

Le Salut

En effet, plus important que la santé, le confort, la longévité, le plaisir… est le Salut, ou union indéfinie et éternelle avec Dieu, en lui, et avec tous les saints. Liberté définitive dans un Oui définitif. Les saints vivent par la foi : ils sont libres et libérateurs.

(a.p. Marc-Antoine) – 31/10/21

> icône de saint Isaac le Syrien