Imprimer cet article Imprimer cet article

Cultiver l’amour chez nos enfants

Lutter contre l’égoïsme –

« Lorsque les parents donnent tout à l’enfant, à leur idole, sans lui apprendre à rendre, et ne prenant même pas soin l’un de l’autre (le père de la mère et la mère du père), ils font grandir un égoïste avec une psychologie de consommateur. […] Il convient dès les premières années de développer dans l’homme un amour en réponse à ceux qui lui ont donné la vie. Pour que les enfants aiment leurs parents, il est indispensable qu’ils reçoivent d’eux non seulement des jouets, des jeans, de l’argent pour le cinéma, etc., mais qu’ils soient acceptés dans le monde spirituel du père et de la mère, dans le monde du sacrifice, de la foi et de l’amour actif. L’éducation n’exige pas un porte-monnaie ouvert, le plus important est l’ouverture du cœur ; alors viendra le temps où les enfants de pupilles deviendront des amis des parents, alors un enrichissement mutuel des richesses du monde intérieur se produira dans la famille.

Une pédagogie

L’amour, comme la foi, atteint sa plénitude par les œuvres (voir Jacques 2, 22). Il importe d’instituer pour les enfants des obligations d’abord minuscules, puis petites et peu à peu de plus en plus importante vis-à-vis des parents, des frères et sœurs et vis-à-vis de la famille tout entière. Et viendra le temps où les enfants prendront avec amour une part importante des travaux domestiques pénibles, lorsque les parents affaiblis pourront s’appuyer sur leurs épaules affermies et que les enfants œuvreront mieux et d’une façon plus intelligente que leurs pères et mères âgés. Il restera aux parents de donner des conseils en général, de prier et d’aimer. Il faut que les parents se préparent à ce cours naturel du développement de la famille et qu’ils y préparent petit à petit les enfants qui prendront ainsi le relais de la vie et des activités du père et de la mère… Il faut se préparer à la vieillesse.

L’amour fraternel

[…] Il faut que se développe entre les enfants un amour fraternel et il convient de créer pour eux une intimité spirituelle et intellectuelle. Ce n’est pas difficile car les enfants sont attirés par leurs semblables. Naturellement, les relations entre les enfants, comme en général entre les hommes, se déterminent par leur caractère psychologique. Mais leur origine commune, l’éducation et les souvenirs de la maison paternelle ont une importance capitale pour l’amitié et l’amour toute la vie durant […]

Il faut apprendre dès le plus jeune âge aux enfants à partager avec les autres, à s’entraider, demander aux aînés d’élever les cadets. Avec quel amour et respect saint Basile le Grand se souvient de sa sœur aînée, Macrine ! »

(P. Gleb Kaleda, L’Église au foyer, p. 62-64)