Imprimer cet article Imprimer cet article

Le saint et grand prophète Elie de Thesbé

Le 20 juillet nous célébrons la fête du saint prophète Elie

Il y a très longtemps vivait un prophète de Dieu, appelé Elie. Il était le fidèle témoin du Seigneur et tentait de dire et de montrer la volonté de Dieu aux hommes qui l’entouraient et vers qui Dieu l’avait envoyé.

Mais la reine Jézabel, ne voulait pas entendre la voix de Dieu, et cherchait la mort d’Elie. Celui-ci pris alors la fuite vers le désert. A la nuit tombée, assis sous un genêt, il s’endormit. L’ange du Seigneur lui apparut et lui montra une galette, et une cruche d’eau. « Mange lui dit-il, car le chemin est long ».  Elie fit ce que l’ange lui dit, puis le lendemain, fortifié par cette nourriture venue du ciel, il se mit en route. Pendant 40 jours il marcha ainsi dans le silence et la solitude du désert, laissant derrière lui tout ce qu’il connaissait, marchant vers Dieu seul. Après 40 jours et 40 nuits, il arriva à une montagne qu’on appelle le Mont Horeb. Là, le Seigneur fit entendre sa voix et lui dit : “tiens-toi ici sur la montagne car le Seigneur va passer”. Soudain un vent violent se déchaîna, déchirant la montagne, mais le Seigneur n’était pas dans le vent. Puis un tremblement de terre secoua la montagne, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre, puis le feu, mais le Seigneur n’était pas dans le feu… et enfin, passa le murmure d’une brise légère, comme le bruit d’un silence. Et Elie sut que Dieu passait là, dans le murmure de silence, et il écouta sa Voix.

Ainsi Dieu nous parle-t-Il dans notre cœur, très doucement, très discrètement, si délicatement qu’il est facile de ne pas l’entendre si on veut se boucher les oreilles.

Elie vécut encore de nombreuses années et connut bien des aventures au service du Seigneur, avant d’être élevé au ciel sur un char de feu. Aujourd’hui encore, on peut aller sur le mont Horeb, et marcher sur les pas de celui à qui Dieu parla dans le murmure d’un silence.

(feuille de catéchisme, Montpellier)