Imprimer cet article Imprimer cet article

Pourquoi baptiser les enfants ? Qu’est-ce que cela apporte ?

On peut ne pas baptiser –

Comme vous le savez, il n’y a pas d’obligation de baptiser les enfants. Dans l’Eglise ancienne, on baptisait surtout des adultes et l’office du saint baptême que nous utilisons actuellement est un office pour adultes. Si des parents chrétiens s’abstiennent de baptiser leur enfant, cela n’empêchera pas celui-ci de demander le baptême quand il sera adolescent ou adulte, parce que le Seigneur veut que tous soient sauvés et Il multiplie dans sa miséricorde les voies du Salut pour chacun d’entre nous.

Le baptême est bon pour l’enfant

Toutefois, dans l’Église des Pères, nous encourageons les familles à baptiser leurs enfants à partir du 40ème jour, pour plusieurs raisons.

Premièrement, si les parents considèrent qu’il est bon pour eux-mêmes de participer à la vie de l’Eglise et surtout de communier au Corps et au Sang du Seigneur, ce qui est bon pour eux devrait l’être pour leur enfant! Pourquoi le priver de ce qui est bon? Or il est bon pour l’homme de vivre à proximité de Dieu, dans la maison de Dieu, de se nourrir de sa Parole, de sa chair et de sa vie. La première raison de baptiser les enfants est de leur donner accès à la communion eucharistique.

Participer à la vie de Dieu

Ensuite, nous sommes conscients que, par le saint baptême et la sainte chrismation, et la sainte eucharistie, nous participons, non seulement à une institution religieuse et à une certaine sociologie religieuse, mais encore, directement, à la vie de Dieu. Par le baptême, nous devenons membres du Christ Dieu et Homme. Nous devenons consanguins avec lui et avec tous les saints. Nous devenons fils et filles d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et de tout le Peuple de Dieu. Le sang du Christ Dieu coule dans nos veines et son souffle oxygène nos poumons. Et ce souffle est le Souffle, l’Esprit du Seigneur, Esprit qui est Lui-même Seigneur et qui vivifie. Comme c’est dommage de priver notre enfant de cette belle respiration divine!

Un choix éducatif

Il faut savoir que demander le baptême pour son enfant est également un choix éducatif: nous choisissons que notre enfant soi élevé selon les messages du Seigneur Jésus. Nous choisissons pour lui la philosophie de l’Évangile. Nous voulons qu’il soit chrétien. Surtout à notre époque – comme d’ailleurs à d’autres époques – c’est un choix que font les parents avec l’aide de leur prêtre et des parrains. Or c’est dans l’Église, en participant à sa vie, en écoutant la parole de Dieu, en se nourrissant de la chair de Dieu, en suivant l’exemple des saints que nous montrent les saintes icônes, en étant formé par le cycle liturgique annuel, que nous devenons chrétiens. Nous apprenons à écouter, à regarder, et surtout à respecter le prochain et la création tout entière, avec les yeux du Christ.

Le don de la liberté

Renoncer à baptiser l’enfant, ou remettre à plus tard de le faire, veut dire que l’on va le laisser se développer sans la grâce du saint Esprit, sans cette puissance charismatique, et surtout sans la grâce de la liberté. Ici est l’essentiel: nous baptisons les enfants pour qu’ils soient totalement libres; pour qu’ils aient accès à la liberté totale des enfants de Dieu, à cette liberté parfaite qui jaillit de la Résurrection. Par le baptême, le Christ dans l’Église fait des hommes libres, des personnes nées d’en haut, conçues par le saint Esprit en fils et filles de Dieu; le Christ par son Église baptise pour produire les prophètes et les saints dont elle a besoin et dont le monde a besoin. L’accès à la vie personnelle (hypostatique) est propre au baptême : la « naissance d’en-haut » met en communion l’être humain en tant que personne unique avec la personne unique du Verbe et, par lui, avec celle du Père et celle de l’Esprit.

Produire des saints et des prophètes

Pensons aux circonstances très difficiles qui se présentent dans le monde contemporain et qui se présenteront dans les années à venir: c’est par la grâce du saint Esprit que nos enfants pourront y faire face et, nous l’espérons, produire les réponses et les solutions que le monde attend. Nous baptisons les enfants pour eux-mêmes, mais également pour le Salut du monde, parce que les chrétiens, la race des chrétiens, cette mutation anthropologique, forment ce qu’il y a de plus utile à la société et à la Création tout entière – si tant est que l’on prend tout cela au sérieux, en tant que parent, en tant que parrain, en tant que catéchète, et en tant que communauté chrétienne unie à ses pasteurs. L’essentiel est donc pour nous dans les questions suivantes: pourquoi priver l’enfant de la vraie vie? Pourquoi priver l’Église et le monde des êtres véritablement personnels et prophétiques dont ils ont besoin?