Imprimer cet article Imprimer cet article

Sentences des Pères sur le prochain…

Le pardonPère Paissios site orthodoxologie.com

« Un frère insulté par un autre frère s’en vint trouver l’Ancien Sisoès de Thèbes et lui dit : « J’ai été insulté par ce frère et je veux me venger ». L’Ancien le supplia : « Ne le fais pas, mon enfant, laisse plutôt à Dieu le soin de te venger ». Le frère lui répondit : « Je n’aurai de repos que je ne me sois moi-même vengé ». L’Ancien lui dit alors : « Prions, frère », et, se levant, il ajouta : « Mon Dieu, nous n’avons plus besoin que Tu t’occupes de nous, car nous nous vengeons nous-mêmes ». À ces mots, le frère tomba aux pieds de l’Ancien et lui dit : « À partir de maintenant, je ne me dispute plus avec ce frère ; je t’en prie, Père, pardonne-moi ! » (Sisoès 1)

La délicatesse

L’Ancien Jean remontait un jour de Scété avec d’autres frères, mais leur guide se trompa de route, car il faisait nuit. Les frères dirent alors à l’Ancien Jean : « Père, voici que le frère s’est trompé de chemin, que faut-il faire ? » – « Si nous lui disons quelque chose, répondit l’Ancien, cela lui fera de la peine. Mais voici : je faire celui qui n’en peut plus, et déclarer que, dans l’impossibilité de marcher, je veux m’étendre jusqu’au matin ». Ainsi fut fait, et les autres dirent : « Nous aussi, nous n’irons pas plus loin ; nous allons nous asseoir avec toi ». Ils restèrent là jusqu’au matin pour n’avoir pas à faire d’observation au frère. (Jean Kolobos, 17).

Donner sa vie pour le prochain

L’Ancien Pastor disait : « Fais ton possible pour éviter de faire tort à personne, et garde ton cœur réservé avec chacun ». (Poemen, 4) Il dit également : « Il n’y a rien de plus grand que l’amour qui consiste à donner sa vie pour le prochain. En effet, si quelqu’un s’entend adresser une parole méchante et a la possibilité de rendre lui-même la pareille, qu’il lutte, tienne bon et ne contriste pas l’autre à son tour ; ou bien, si on l’a blessé de quelque manière, et s’il le supporte patiemment, sans se venger de celui qui l’a fâché et l’a peiné, en agissant ainsi, il donne sa vie pour son prochain ». (Poemen, 116)

Remettre les dettes

L’Ancien Agathon a dit : « Autant que je le pouvais, je ne me suis jamais endormi en gardant dans mon cœur du ressentiment contre quelqu’un, et je n’ai jamais laissé quelqu’un se coucher ayant quelque chose contre moi ». (Agathon, 4)

Gagner son frère

L’Ancien Antoine disait : « La vie et la mort nous viennent du prochain. Si nous gagnons notre frère, nous gagnerons Dieu ; si nous le scandalisons, c’est contre le Christ que nous péchons ». (Antoine, 9)