Imprimer cet article Imprimer cet article

Anges et archanges

Le 8 novembre, nous faisons mémoire des saints archanges Michel, Gabriel, Raphaël et de toutes les puissances célestes. Le monde angélique, comme le montre l’ensemble de la Bible, joue un rôle très important dans la transmission de la révélation divine et donc pour le Salut des hommes et de la Création entière. Voici une indication du Synaxaire (vie des saints).

Les Incorporels –

« Sans corps, ils ne sont pourtant pas totalement immatériels : seul le divin est véritablement sans matière et incorporel (car impassible et au-delà de tout mouvement). Ils sont circonscrits dans le temps et l’espace. Lorsqu’ils sont dans le ciel, ils ne sont pas sur terre : et envoyés par Dieu sur la terre, ils ne demeurent plus au ciel. Leur nature subtile les fait échapper aux limitations que sont pour nous les murs, les portes et les sceaux, lorsqu’ils sont envoyés par Dieu en mission auprès des hommes et que, pour cela, ils empruntent une forme corporelle nous permettant de les voir. De même, leur légèreté et leur extrême rapidité de mouvement leur permettent de traverser l’espace presque instantanément ou de deviner les pensées des hommes, ce qui nous fait croire qu’ils sont dotés de l’omniscience divine. Mais, comme êtres créés, ils ne sont toutefois ni doués d’omniscience, ni susceptibles de se trouver en deux endroits simultanément. S’ils prophétisent, c’est par grâce et par ordre divin, non par leur propre vertu.

Messagers de Dieu

« Dieu les a fait ses serviteurs (ps. 103, 4 : « Il a fait des souffles ses anges ; des flammes de feu ses serviteurs ») et les envoie (« ange » signifie « envoyé ») veiller sur la terre. Ils président aux peuples, aux nations et aux Églises (selon l’Apocalypse, chaque Église locale possède un ange protecteur), et ils assurent la marche des desseins de la Providence à notre égard : aussi bien en général que pour chacun en particulier. Dieu a placé invisiblement auprès de chacun d’entre nous personnellement un ange un ange gardien, qui veille constamment sur nous, sans cesser d’être auprès de Dieu. Il nous suggère le bien par la voix de notre conscience, nous aide à éviter les pièges du Diable et attise en nous le feu salutaire du repentir lorsque nous avons péché.

Ordres angéliques

« Seul le Créateur connaît le genre et les limites de la nature angélique. Elle est une par rapport à Dieu, mais innombrable par rapport à nous. « Un fleuve de feu coulait devant lui ; mille milliers le servaient, et des myriades de myriades se tenaient devant lui », dit le prophète Daniel (Dan. 7, 10). Nous ne pouvons pas les dénombrer, c’est pourquoi la sainte Tradition a coutume de les ranger en neuf ordres divisés en trois triades.

Hiérarchie céleste

« La première disposition hiérarchique est celle qui est toujours auprès de Dieu et qui est immédiatement unie à lui, avant les autres et sans intermédiaire. Elle comporte les Séraphins, dont le nom en hébreu signifie « brûlants ». En effet, leur mouvement éternel et stable autour des réalités divines leur donne le pouvoir d’élever leurs subordonnés vers Dieu en animant en eux la chaleur purificatrice de la vertu. Les seconds, de même rang mais de fonction distincte, sont les Chérubins, dont le nom évoque la plénitude de la connaissance de Dieu. On dit qu’ils sont couverts d’yeux de toutes parts, en signe de leur aptitude à contempler la lumière divine. Les troisièmes sont les Trônes, sur lesquels Dieu trouve repos impassible.

Messagerie divine

« La seconde triade, intermédiaire, transmet avec bonté et ordre les décrets de la Providence et élève les esprits de rang inférieur vers l’imitation de Dieu. Elle se compose des Dominations, des Vertus et des Puissances. La troisième triade achève la hiérarchie céleste. Elle comporte les Principautés, les Archanges et les Anges. C’est par ces derniers que Dieu nous communique les décrets de sa Providence et, comme ils sont les plus proches de nous, c’est eux qu’Il envoie sous une forme corporelle lorsqu’Il le veut. »

(Le Synaxaire, Vies des Saints de l’Église Orthodoxe, t. 1, p. 451).