Imprimer cet article Imprimer cet article

Célébration en maison de retraite

La relégation des anciens –

Dans beaucoup d’endroits, nos anciens sont inaccessibles, non parce qu’ils se sont endormis en Dieu, mais en raison des mesures de sécurité. L’isolement du troisième ou quatrième âge est une réalité pénible ; celle-ci est renforcée – ou l’a été -, dans certains établissements, par l’interdiction formelle de rendre des visites. La période de confinement qui dure, en chapitres successifs, depuis le mois de mars, a été particulièrement cruelle pour nos aînés. Dans certains endroits, on le sait, certains sont morts, non du virus, mais de tristesse.

Odile l’Ancienne

Une des doyennes de la paroisse saint-Germain-et-saint-Cloud, dont le mari est l’archiprêtre Grégoire, qui repose en Dieu depuis le 24 mai 2006, a beaucoup souffert de ne plus pouvoir participer à la vie liturgique. Avant l’épidémie, on la voyait, tous les dimanches et en semaine, à sa place de choix, sous l’icône du Précurseur, dans un fauteuil confortable. Du jour au lendemain, Odile a été privée de ce bonheur – et nous en a privés ! Elle a suivi un peu au téléphone certains offices. Devenue aveugle, elle n’a pas pu profiter des transmissions en ligne. Elle a reçu quelques visites, jusqu’au moment où cela fut interdit pendant quelques semaines. Pour cette femme d’Église, ce fut une grande épreuve. Elle ne s’est jamais plainte. Elle n’a jamais critiqué. Elle a pris la situation avec patience et avec humour.

Gloire à Dieu !

Or, tout récemment, notre nonagénaire, fondatrice de la Paroisse avec plusieurs autres personnes dont certaines se sont endormies depuis lors, Odile l’Ancienne a pu participer à la divine liturgie dans son établissement de retraite. Un grand jour pour elle et pour les trois ou quatre membres de la Paroisse autorisés à effectuer ce service ! Elle a dit : « Je ne peux pas venir à l’église mais Dieu est venu à moi ! » La divine Liturgie, offrande du Sacrifice non sanglant pour le Salut du monde entier, a été accomplie dans un joli salon de la Résidence, adroitement aménagé pour la circonstance. On a prié pour les pensionnaires de l’Établissement, ainsi que pour le Personnel, particulièrement dévoué et accueillant.

La réactivité des chrétiens

Le confinement est une réalité. Une autre réalité est la réactivité des membres de l’Église, qui cherchent continuellement à faire face à la situation avec inventivité, bonne humeur et foi. On peut vivre au temps de la pandémie ; on peut s’aimer ; on peut intercéder pour le monde ; on peut rendre grâce à Dieu pour tous et pour tout ; on peut garder allumée, dans l’obscurité des temps, la Lumière joyeuse du Christ !

(MACB)