Imprimer cet article Imprimer cet article

In memoriam Père Boris Bobrinsloy

Le repos d’un juste –

Dans la nuit du 6 au 7 août, dans la lumière de la Transfiguration du Sauveur Jésus Christ, notre Père en Dieu le protopresbytre Boris Bobrinskoy est entré dans son repos. Fidèles à l’enseignement de saint Jean Chrysostome, nous rendons grâce à Dieu qui appelle son serviteur à entrer dans sa joie et celle de ses saints. Les chrétiens ne s’affligent que lorsqu’un homme meurt dans la captivité de ses péchés. Mais quand un juste se retire de ce monde, ils l’accompagnent avec des lumières, des chants pleins de foi et leurs hommages les plus affectueux. Père Boris, depuis des années, se préparait par le repentir à cet évènement.

Suivant notre foi, le Seigneur envoie ses anges pour le conduire pendant quarante jours jusqu’au lieu qu’Il lui a assigné jusqu’à la Résurrection et le jugement universels. Pour notre cher Père, nous ne redoutons pas ce jugement, car le Christ ne trouvera en lui que quelques faiblesses, car, comme le dit la prière, « nul homme n’est sans péché ».

La bienveillance du serviteur de Dieu

Avec émotion et avec beaucoup de joie, sachant que tous connaissent l’œuvre théologique et liturgique du grand homme d’Église, nous voulons témoigner des qualités de cœur, de l’attention pastorale, de la gentillesse, du sourire et de la bienveillance de ce prêtre aux nombreux enfants dans le Seigneur. Père Boris, tel que nous l’avons connu pendant des années, était très aimable, très calme, pondéré, discret, respectueux de son interlocuteur, généralement sans jugement à l’égard des personnes ; nous ne nous rappelons pas l’avoir entendu mal parler de quelqu’un.

L’illuminateur d’une génération

Père Boris a été, pour d’innombrables personnes, pendant plus de cinquante ans, un véritable illuminateur. Ce n’était pas tellement par des explications brillantes de théologie académique qu’il nous conduisait, encore qu’il fût d’une très grande culture biblique et patristique. Non : c’étaient son exemple, la lumière de son visage et la mesure de ses paroles, qui étaient pour notre génération un phare. Il était d’une orthodoxie profonde et ouverte, accueillante quoique sans compromission, capable de dialogue en raison de son exceptionnelle compétence.

Gloire à Dieu !

C’est donc avec beaucoup de gratitude et d’amour que nous allons demeurer en communion avec lui ; nous essaierons d’être fidèles à son témoignage d’inculturation de la tradition des Pères, de pratique hésychaste, et d’expérience personnelle du saint Esprit. Gloire à toi pour ton serviteur l’archiprêtre Boris, Seigneur Jésus, gloire à toi !