Imprimer cet article Imprimer cet article

La glorieuse Ascension du Fils de Dieu

Le tropaire – 

« Tu es monté au ciel en gloire, ô Christ notre Dieu ! Tu as rempli de joie tes disciples par la promesse du saint Esprit ! Ta bénédiction l’a rendu manifeste : c’est toi le Fils de Dieu et le Libérateur du monde ! ».

L’affirmation

Quarante jours après la Résurrection nous glorifions la divine Ascension du Sauveur Jésus Christ, le Fils de Dieu et Fils de l’Homme. Toutes les quarantaines préparent une grande révélation. L’Ascension accomplit le grand carême de la joie que les disciples de Jésus Christ ont suivi en affirmant avec constance et fidélité « le Christ est ressuscité ! » La vie de foi est caractérisée par l’affirmation : « je crois en Dieu ! » ; « le Christ est ressuscité ! » ; « Dieu est miséricordieux ! » ; « Dieu est bon et Il aime les hommes ! » ; « Il s’est fait chair et homme sans cesser d’être dieu ! ».

La couronne de l’Esprit

Aujourd’hui, unanimes avec les anges et toutes les puissances incorporelles, et avec la Mère de Dieu, les saints apôtres et disciples et tous les saints, nous glorifions le Christ : nous glorifions sa gloire, celle qu’Il tient du Père et dont le Père le couronne par l’Esprit saint. Après une vie humble et discrète au milieu des hommes, se conduisant au quotidien comme l’un d’entre eux, Juif parmi les Juifs, Jésus Christ, le Vainqueur du pouvoir de la mort – Celui qui, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, s’est arraché à la mort et ne l’a pas laissée le retenir – resplendit de toute sa seigneurie, de toute la beauté, la bonté et la vérité de sa divinité.

Le Christ assume

L’Ascension ne se réduit pas pour le Seigneur à gravir du bas vers le haut tous les degrés de la Création, toute l’échelle des hiérarchies célestes. Elle est, comme le dit mot grec qu’elle traduit, une « assomption » : Jésus Christ est Seigneur et Il assume toute la divinité ; Il est Messie et Il assume toute l’humanité, en particulier toute l’histoire du peuple juif. Il est l’assomption d’Israël et de l’humanité toute entière, et Il traverse celles-ci par la lumière de sa gloire et de sa majesté divines. Le Christ rend, par le saint Esprit, l’humanité et Israël – ce porte-parole de tout le genre humain – translucides à sa divinité. L’Ascension est la transfiguration du Fils de Dieu, et elle correspond à l’identique lumière qui resplendit sur le Thabor.

L’ostension du Verbe

L’Ascension est l’exaltation du Seigneur vêtu du rouge du sang qu’Il a versé et du vin qu’Il verse à boire à l’humanité, Lui, la Vigne, le Maître de la Vigne, la Grappe et son suc délicieux. L’icône nous montre bien la pourpre royale de sa robe, quand Il bénit en Dieu la foule des apôtres, des disciples, des puissances incorporelles, et sa propre Mère elle-même. La divine liturgie est constituée par de nombreux gestes d’élévation – ostension du saint Évangile, élévation du voile sur les saints Dons, exaltation des saint Dons, et quantité de moments où est signifiée l’apothéose du Verbe, l’apothéose de Dieu en Personne !

Fête de l’humanité

Nous ne célébrons pas une fête. Nous actualisons un évènement immense, aussi grand que la Création, que l’Incarnation, que la Résurrection et que la prochaine Descente du saint Esprit : comme ceux-ci, il structure définitivement l’histoire des hommes. Aujourd’hui, non seulement la divinité de Jésus est attestée, mais l’humanité est glorifiée ; aujourd’hui est la véritable « fête de l’humanité », assise et magnifiée à la droite du Père, la place d’honneur. L’enjeu de toute la foi chrétienne transmise par l’Église du Christ de génération en génération, est l’épanouissement de l’homme en Dieu. Rien de ce qui diminue l’homme n’est chrétien. Tout ce qui valorise l’humanité est agréable au Père et au Fils et au saint Esprit !