Imprimer cet article Imprimer cet article

Prier les saints, une superstition ?

Des amis –

Comme le Seigneur nous aide par la prière de ses saints ! Les chrétiens ont toujours invoqué leur assistance. Ce n’est pas de la superstition ; c’est tout simple. Nous nous demandons les uns aux autres de prier pour nous – “prie pour moi” – : nous reconnaissons dans les saints des amis, des frères, des parents invisiblement présents.

Confiés à eux –

Sur la Croix, le Christ a confié ses disciples à sa Mère très pure: Voici ta mère, dit-Il à l’apôtre Jean; voici ton fils, dit-Il à Marie. C’est peut-être l’origine du fait que nous croyons dans la protection des saints. Nous sommes confiés à la Vierge, mais nous le sommes également à toute la famille des saints qui entourent la Mère de Dieu, un peu en dessous d’elle, mais investis de la même grâce et de la même confiance divine. Les saints sont ceux à qui Dieu fait confiance. Le Christ leur dit en quelque sorte: saint Untel, voici tes fils, tes filles, occupe-toi d’eux!

Fils spirituels

Un verset de psaume (101, 29) dit: “les fils de tes serviteurs auront une demeure”. Ceci concerne les saints: nous sommes leurs enfants spirituels, par le saint Esprit. Leur exemple, leur foi, leur prière, nous engendrent. Aussi lisons-nous leur vie : nous vénérons leur icône et nous les invoquons. Toutefois, avant d’être les enfants spirituels de Marie et des saints, nous sommes en premier lieu ceux du Père céleste et les frères spirituels de Jésus, par la foi, par le baptême et par l’onction chrismale. Mais cette filiation divine circule dans tous ceux qui sont greffés sur le Christ par leur foi et par leur vie.

Charismes particuliers

Nous comptons sur certains saints pour une aide particulière. Nous prions sainte Odile, par exemple, pour ceux qui ont perdu la vue ou qui souffrent des yeux. Nous prions saint Nectaire pour ceux qui souffrent de grave maladie; pour les malades, nous prions tout spécialement saint Nicolas et les saints anargyres Cosme et Damien, et les autres… En effet, chacun des saints qui ont été agréables à Dieu depuis le début du monde a, non une spécialité, mais une expérience particulière de la condition humaine et, souvent, un charisme particulier. D’un point de vue concret, cette connaissance particulière des joies et des peines des hommes, et ce charisme connu du vivant-même des saints, permettent à tel ou tel saint d’être particulièrement proche des besoins que nous lui soumettons.

Le Seigneur est saint

Notre foi doit être saine. La Mère de Dieu n’est pas à la place du Christ. Les saints, ou les anges, ne sont pas des dieux: ils sont des créatures! Seul le Seigneur est Dieu. Faisons attention à ne pas demander à des créatures ce que l’on demande au Créateur. Aussi prions- nous le Christ ainsi: par les prières de ta Mère très pure ou de tel saint, aie pitié de nous, sauve-nous, guéris-nous, etc. Et nous devons toujours le prier de cette façon après nous être adressés à un saint à qui nous avons dit: saint Untel, prie Dieu pour moi, pécheur! prie Dieu pour son serviteur Untel! prie Dieu pour la guérison, la santé et le salut de notre prêtre N…, de notre frère N…! C’est une question de discernement et de rectitude dans la foi. Mais, quand nous prions avec les saints, cela veut dire que nous ne comptons pas du tout sur nos propres forces et sur l’efficacité de notre propre prière.