Imprimer cet article Imprimer cet article

Travaille-t-on le dimanche ?

Sans rapport avec le shabbat –

Nous essayons sincèrement de ne pas travailler le dimanche. Cela n’a aucun rapport avec le shabbat, jour de la grande Pause divine. Le dimanche, huitième et premier jour, est consacré au Seigneur, non pas pour ne rien faire – à la différence du shabbat – mais pour nous réjouir de la joie de la Résurrection et du banquet nuptial que nous offre le Seigneur. Ce primat de la réjouissance communautaire est le critère à retenir. Il est un des signes de la civilisation biblique que le Christ accomplit par sa Pâque et sa Résurrection le troisième jour. Le dimanche est le jour de Pâques. Il est le Jour du Seigneur et le Seigneur nous invite à sa table pour nous réjouir avec ceux de sa maison. Nous l’apprenons à nos enfants. Nous enrichissons la vie sociale en gardant vivante cette tradition.

Des exceptions ?

Les personnes qui ont un travail civil s’arrangent pour ne pas être d’astreinte ce jour-là. Les pompiers, les médecins et les infirmières peuvent participer au planning de leur institution en ayant le courage de dire: je ne travaille pas le dimanche. Ils s’arrangent avec leurs collègues autant que possible. Maintenant, il peut y avoir des impossibilités ponctuelles qui font qu’on ne refusera pas de rendre service ce jour-là, vraiment de façon exceptionnelle. « Ce jour, le Seigneur l’a fait, soyons dans l’allégresse ! », car Il nous a faits et nous sommes à lui. La Création et la Société ont besoin de ce rythme et de cette bénédiction divine.

La joie du Maître

Le dimanche a été créé pour que l’homme “entre dans la joie de son maître !”. Certaines activités domestiques peuvent être accomplies le samedi (repassage, cuisine, lessive, et même jardinage). Mais essayez de vous consacrer à la joie eucharistique le Jour du Seigneur. Arrosez tout de même les fleurs pour qu’elles soient elles aussi dans la joie! Que les poules et autres animaux se réjouissent et soient à la fête! Mais ce n’est pas un travail, c’est comme de servir le repas, celui des créatures. Les fidèles, s’ils se croient obligés de travailler, demandent la bénédiction, parce que c’est une économie exceptionnelle. Nous rendons service au monde en respectant le rythme de la Création. Ensuite, ce sont des questions d’urgence, bien sûr: si votre enfant tombe par la fenêtre, vous irez à l’hôpital. Notre vie n’est pas gouvernée par des règles. Elle suit l’amour de Dieu et l’amour du prochain, notamment le dimanche.