Imprimer cet article Imprimer cet article

L’œcuménisme des saints

Saint Germain le Liturge –

Ce 28 mai 2021, mémoire de saint Germain de Paris, a été marqué de façon toute spéciale. A l’invitation de responsables du dialogue entre chrétiens dans le diocèse catholique de Versailles, notre paroisse saint-Germain-et-saint-Cloud de Louveciennes a célébré les grandes vêpres dans l’église catholique Saint-Germain au Chesnay (Yvelines).

Le nouvel évêque de Versailles

En présence de Son Excellence Luc Crépy, nouveau titulaire de l’évêché de Versailles, entouré de plusieurs prêtres et fidèles, l’office de forme gréco-slave composé spécialement dans notre paroisse a fait retentir les belles mélodies latines notamment du ton 3, dans lequel est proposé le tropaire du Saint.

Bienveillance entre les chrétiens

A l’occasion de cet office de l’Eglise orthodoxe, il a été souligné, lors des interventions, que la bienveillance et l’hospitalité donnent le style des relations entre chrétiens dont l’unité de foi et de tradition n’est pas encore acquise. L’évêque Luc a apprécié de faire la connaissance de notre communauté orthodoxe sise sur le territoire de son éparchie. Il a compris que les Orthodoxes sont très nombreux dans les Yvelines, d’origine très diverse et en particulier d’origine française.

Un patronage commun

Il n’a échappé à personne que les deux églises, l’église orthodoxe de Louveciennes et des environs et celle, catholique-romaine, du cimetière municipal du Chesnay, sont protégées par le même grand évêque de l’époque mérovingienne. Tout le monde sait très bien que le premier millénaire a été celui, malgré les ravages de l’hérésie arienne, de l’unité dogmatique, ascétique et ecclésiologique de l’Église. L’art liturgique de cette époque témoigne lui aussi de l’Orthodoxie universelle.

La vérité jaillit de l’amour

Les chrétiens peuvent se rencontrer au rendez-vous des saints communs, dans les racines communes, par une commune plongée dans le patrimoine commun. Ce qui inspire cette coïncidence dans l’unité objective du christianisme fondamental, c’est essentiellement l’amour. De l’amour procède la vérité : voilà une perspective solide pour les temps qui viennent et qui ont déjà commencé. La contemplation de la divine Trinité nous révèle cette belle réalité à vivre. L’office s’est conclu par la vénération des saintes icônes et la bénédiction mutuelle avec une huile venue d’un sanctuaire de Roumanie

(a.p. M.-A.) – 30/05/21