- Sagesse Orthodoxe - https://sagesse-orthodoxe.fr -

L’homme et la nature

Le projet divin [1]

« L’économie de Dieu ou son projet en ce qui concerne le monde consiste dans la divinisation du monde créé ; mais ceci, à la suite du péché, implique également son salut. Le salut et la divinisation du monde présupposent, comme premier acte divin, sa création. Le salut et la divinisation visent, sans doute, de manière directe l’humanité ; ils concernent toutefois une humanité, non pas détachée de la nature, mais ontologiquement unie à elle. La nature en effet dépend de l’homme, ou le complète, et l’homme ne peut s’accomplir sans se refléter dans la nature et agir sur elle. C’est pourquoi, par le mot monde, on entend autant la nature que l’humanité ; ou bien, lorsqu’on indique l’une des deux par ce vocable, l’autre est toujours sous-entendue. […]

Interdépendance

Que l’humain dépende de la nature signifie, non pas qu’il soit ravalé à son niveau, mais l’inverse ; cette interdépendance est si profonde que l’on peut dire que la nature cosmique est une partie de la nature de l’homme ; elle est la source d’une partie de la nature humaine et donc une condition de l’existence et du développement intégral de l’homme sur terre. L’homme ne peut se concevoir en dehors de la nature cosmique. Cela peut signifier que la nature ne peut remplir son rôle sans l’homme ou par un homme qui œuvre contre elle. Par la corruption, la stérilisation, l’empoisonnement de la nature, l’homme rend impossible sa propre existence et celle de ses semblables. Ainsi la nature est la condition, non seulement de l’existence de l’homme singulier, mais également de la solidarité humaine. La nature apparait de façon tout à fait claire comme le milieu par lequel l’homme peut faire du bien ou du mal à ses semblables, en se développant ou au contraire en se ruinant lui-même d’un point de vue éthique et spirituel. La nature est intercalée en pleine évidence dans le dialogue interhumain bienfaisant ou destructeur, dialogue sans lequel ne peuvent exister ni l’homme singulier ni la communauté humaine.

Le sujet humain

Conformément à notre foi, chaque personne humaine est d’une certaine manière une hypostase (« sujet ») de toute la nature cosmique, à condition toutefois qu’elle soit solidaire des autres. Cela signifie que la nature cosmique est commune à toutes les hypostases (personnes) humaines, quoique chacun l’hypostasie (en devienne le sujet) et la vive personnellement de façon propre et complémentaire avec les autres personnes. Séparer totalement la nature cosmique des individus humains est impossible. Une telle séparation, si elle est trop importante ou opérée de manière inégale, introduit la guerre entre les personnes et même à l’intérieur de la nature humaine, ou bien elle fait de la nature l’esclave de l’homme.

La responsabilité

C’est justement pourquoi chacun peut contribuer à la corruption non seulement de la nature qui lui appartient personnellement, mais également de la nature qui appartient à tous. Cela montre la responsabilité de l’homme à l’égard de la nature, ce qui implique une responsabilité à l’égard de ses semblables. Et l’importance de cette responsabilité montre qu’elle a un fondement dans une responsabilité devant la Personne suprême, qui est le Créateur de la nature et des hommes.»

P. Dumitru Stàniloae, Théologie Dogmatique Orthodoxe, I.


Article printed from Sagesse Orthodoxe: https://sagesse-orthodoxe.fr

URL to article: https://sagesse-orthodoxe.fr/jaimerais-savoir/questions-dactualite/ethique-2/nature-science-ecologie/l%e2%80%99homme-et-la-nature

URLs in this post:

[1] Image: http://www.sagesse-orthodoxe.fr/wp-content/uploads/2014/01/ADam-et-Eve-quittant-le-paradis.jpg

Copyright © 2011 Sagesse Orthodoxe. Tous droits réservés.