Imprimer cet article Imprimer cet article

Prière ou médecine ?

L’absolu de la prière –

Bien sûr, la prière suffit, en elle-même. « La prière de la foi guérira le malade », écrit saint Jacques de Jérusalem. D’innombrables saints ont, par la puissance de la prière, guérit des malades et même ressuscité des morts : le prophète Elie, les apôtres Pierre et Paul, saint Germain de Paris, saint Hervé, sainte Geneviève et tant d’autres…

L’humilité

L’amour du prochain – celui-ci est souvent nous-mêmes – fait que nous ne nous contentons pas de prier. L’exemple du Bon Samaritain, le premier évangile lu au sacrement des malades, montre l’utilisation de médicament. L’hôtel auquel le saint personnage confie le blessé de la route est le symbole de l’hôpital et de l’institution médicale : en sa glorieuse nouvelle venue en gloire, le Christ rétribuera les soignants selon son juste jugement. En tout cas, par humilité, ayant conscience de ce que nos péchés gênent notre prière parce qu’ils sont en contradiction avec la volonté de Dieu, nous avons recours au service des médecins. L’état actuel de la médecine montre du reste que le Seigneur ne cesse d’inspirer les chercheurs et les praticiens pour le bien de l’être humain.

Les médecins de Dieu

L’histoire de l’Église témoigne de l’existence de nombreux médecins chrétiens : non seulement ils priaient, mais ils utilisaient également des médicaments et même la chirurgie. L’icône de saint Pantalémon figure des instruments et des onguents. Nous vénérons et prions les saints Anargyres – qui soignaient « gratuitement » – Cosme et Damien, Pantalémon et Hermolaüs… ainsi que d’autres saints thérapeutes de Dieu, comme saint Nicolas, saint Benoît de Nurcie, saint Nectaire d’Égine, etc. Et que dire de l’œuvre thérapeutique de la Mère de Dieu elle-même ? Tout récemment, des chrétiens priaient pour les malades auprès des reliques de saint Jean Cassien, à Marseille.

L’intercession

Enfin, non seulement les chrétiens font confiance à la médecine de ce monde, officielle ou traditionnelle, croyant que le Seigneur agit par leur main, mais ils prient pour eux. Nous prions que l’Esprit les assiste, qu’Il éclaire leur intelligence, qu’Il guide leur main, et qu’Il les purifie de toute passion et de tout péché, de façon à être de libres instruments de la miséricorde du Christ Médecin. Nous pensons que tout ce qui se fait de bon, de sage et de bien en ce monde est agréable au Père céleste, Source de toute grâce et de tout bien. Bien sûr, c’est encore mieux si le médecin prie lui-même !