« Pendant ton baptême dans le Jourdain, ô Christ, fut manifesté l’adoration due à la Trinité. Car la voix du Père te rendit témoignage en te nommant Fils de Dieu ; et l’Esprit, sous forme de colombe, confirmait la vérité de cette parole. Christ Dieu qui es apparu et qui as illuminé le monde : Gloire à toi ! »

La mort : un tabou ?

Office Eglise orthodoxe de Louveciennes

Partagez :

Occulter la mort –

La mort est « interdite » (B. Vergely). On en parle le moins possible. On l’occulte le plus possible. L’incinération fait vite disparaître le cadavre : on osait à peine le toucher… Les offices se sécularisent. L’affiche montre des corps d’immortels. Jeune et beau, notre contemporain est un consommateur de rêve. Avec l’été, il pense oublier qu’il est mortel : le plaisir, les distractions, les séductions y contribuent. Le tabou de la mort a remplacé celui du sexe.

Le Christ transfigure la mort

Il a fait de la mort le « mystère » de sa propre présence vivifiante. La foi chrétienne glorifie celui qui a voulu mourir par amour : Il est ressuscité, et Il exalte à la droite du Père son corps divinisé. Il transfigure le « corps de mort » en « corps de gloire » (O. Clément). La mort n’est pas anonyme : elle est celle d’une personne, la Personne divine de Jésus ou la personne humaine, transcendant la mort, de celui qui s’endort dans la foi. Le tabou est aboli à jamais ; pour la foi, il n’est pas de tabou. La Résurrection est à l’avant d’un monde où la mort fait encore peur. Le chrétien n’a pas peur.

L’honneur rendu aux défunts

Ils sont présentés à visage découvert, pendant la veillée, jusqu’au troisième jour, ainsi que dans le cercueil, fermé seulement à l’issue de l’office à l’église. La mort n’est pas belle en elle-même, mais ceux qui sont morts dans la foi sont beaux : la paix et la confiance éclairent leur face, telle l’icône d’eux-mêmes. Les fidèles embrassent leur main et bénissent leur corps parfumé et revêtu de la robe baptismale, ou d’un vêtement de fête. Le prêtre et le diacre encensent en eux « l’âme vivante » (Gen. 2,7), « image immortelle de Dieu » (P. D. Stàniloae), la présence du Fils de Dieu incarné en toute humanité.

La « mémoire éternelle »

Ainsi chante la liturgie des défunts : mémoire de la Communauté et de la famille, qui entretient la communion avec la personne endormie ; mémoire du Seigneur, qui se souvient de chacun de nous, toujours prêt à nous reconnaître en ce monde et dans le monde qui vient. La « mémoire » divine et humaine prépare l’ultime Jugement miséricordieux et redoutable. Non seulement la mort n’est pas « interdite », mais il est permis de mourir avec foi, espérance et sagesse, nourri par toute une vie de communion à l’amour ineffable du Seigneur Jésus.

Poursuivre la lecture…

Funérailles d’un laïc

Comment se comporter avec les défunts?

Consignes pour le rite orthodoxe d’un défunt

Litie des défunts

Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information